Afghanistan: au moins 28 morts dans l'attaque d'une mosquée chiite à Kaboul, revendiquée par l'Etat islamique

Les forces de sécurité afghanes devant la mosquée chiite attaquée par des hommes armés, le 25 août 2017 à Kaboul (Afghanistan). 
Les forces de sécurité afghanes devant la mosquée chiite attaquée par des hommes armés, le 25 août 2017 à Kaboul (Afghanistan).  (MOHAMMAD ISMAIL / X02863)

L'attaque du lieu de culte par des hommes armés s'est produite en pleine prière du vendredi. 

Au moins vingt-huit personnes ont été tuées, et plus de 50 ont été blessées, vendredi 25 août, dans l'attaque d'une mosquée chiite à Kaboul (capitale de l'Afghanistan), revendiquée par l'organisation terroriste Etat islamique (EI) via son organe de propagande Amaq. 

L'attentat suicide s'est produit à l'entrée du lieu de culte, où d'autre assaillants ont ensuite pénétré, alors que les fidèles étaient rassemblés pour la grande prière hebdomadaire. D'après un porte-parole de la police locale, cité par l'AFP, un kamikaze "s'est fait exploser à l'intérieur de la mosquée". 

Attaques fréquentes contre la communauté chiite

Outre le kamikaze, deux ou trois autres hommes armés semblent être entrés dans la mosquée d'où ils ont échangé des tirs avec la police, a précisé Najib Danish à la chaîne Tolo News. Dans son message de revendication, le groupe jihadiste Etat islamique a, quant à lui, présenté les auteurs de l'attaque comme étant "deux 'inghimasi"", un terme qui désigne des hommes qui combattent armes à la main, avec une ceinture explosive autour du corps, actionnée en dernier recours.

Cette nouvelle attaque intervient trois jours après l'annonce, par le président américain Donald Trump, du maintien et du possible renforcement de la présence militaire américaine en Afghanistan à hauteur de plusieurs milliers d'hommes. La situation sécuritaire s'est fortement dégradée ces derniers mois à Kaboul, où le dernier attentat d'ampleur remonte au 24 juillet. L'attaque, qui avait tué au moins 27 personnes dans le quartier de la communauté hazara chiite, avait été revendiquée par les talibans.