VIDEO. La mort d'Al-Baghdadi est "un coup dur" pour Daech mais "pas un coup fatal", réagit François Hollande

La menace "demeure", met en garde l'ancien président de la République, car il reste des jihadistes en Irak et en Syrie.

"Les familles des victimes savent maintenant que le chef de l'organisation terroriste islamiste qui avait commandité, organisé, préparé ces attentats, est mort", a réagi François Hollande après l'annonce par Donald Trump de la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi. L'ancien président de la République, en fonction lors des attentats du 13 novembre 2015, était l'invité des "4 Vérités", sur France 2, lundi 28 octobre. 

"C'est un coup dur à cette organisation terroriste, parce que c'était le chef, parce que c'est lui qui avait proclamé le califat, lancé ces opérations en Irak et Syrie et partout dans le monde, et parce que l'organisation elle-même est en décomposition", a développé l'ex-chef de l'Etat.

Ce n'est pas encore un coup fatal parce que cette organisation qui n'a plus de territoire a encore des combattants.

François Hollande

sur France 2

Mais selon lui, la menace "demeure" même si l'ancien président "ne pense pas que [le groupe Etat islamique] ait la capacité à mener plus d'action qu'il y a quelques jours, avant l'annonce de la mort de ce terroriste en chef" en raison de la "disponibilité de jihadistes présents en Irak et en Syrie".

Vous êtes à nouveau en ligne