Nouvelle étape du retrait des troupes françaises d'Afghanistan

Les soldats français ont quitté définitivement le district de Surobi en Afghanistan, le 31 juillet 2012. 
Les soldats français ont quitté définitivement le district de Surobi en Afghanistan, le 31 juillet 2012.  (ALEXANDER KLEIN / AFP)

Les soldats ont quitté définitivement mardi le district de Surobi, situé dans le nord-est du pays, près de Kaboul. 

C'est une étape importante du retrait des troupes françaises d'Afghanistan. L'armée française a officiellement quitté mardi 31 juillet le district de Surobi, dans le nord-est du pays, près de Kaboul. Le départ des derniers 350 Français a été marqué par une cérémonie entamée vers 8h30 locales (6 heures en France).

Les militaires de la base ont baissé le drapeau français et monté le drapeau afghan, en présence d'une soixantaine de soldats des deux pays, dans le plus grand secret afin d'éviter des embuscades.

Francetv info

Des poches d'insurrection toujours présentes

Le contrôle de Surobi avait été transféré officiellement aux forces afghanes le 12 avril dernier. C'était l'un des trois points de déploiement principaux des quelque 3 000 soldats français encore présents dans le pays, avec la province voisine de Kapisa (nord-est) et Kaboul. L'armée afghane (ANA) prend désormais le contrôle de cette région, toujours marquée par des insurrections dans le fond des vallées, notamment d'Ouzbin, relate Le Figaro.

"Elle pourra malgré tout compter jusqu'à la fin de l'année sur l'appui logistique des Français depuis la base de Warehouse, à Kaboul. [...] Ils formeront une force de réaction rapide, prête à intervenir à la demande de la 3e brigade de l'ANA", ajoute Le Figaro

Les dates de retrait respectées

Le calendrier arrêté par le président François Hollande prévoit le retrait d'environ 2 000 hommes des "forces combattantes" d'ici fin 2012, soit deux ans avant le départ prévu du reste de la Force internationale de l'Otan (Isaf), sous la bannière de laquelle sont déployés les Français. Au-delà, 1 400 soldats français resteront dans le pays pour assurer courant 2013 le retrait du matériel et poursuivre la formation de l'armée et de la police afghanes.

 

Vous êtes à nouveau en ligne