La journaliste française Véronique Robert, blessée à Mossoul, en Irak, est morte

La journaliste Véronique Robert, photographiée à Dubaï, le 24 juin 2007. 
La journaliste Véronique Robert, photographiée à Dubaï, le 24 juin 2007.  (KARIM SAHIB / AFP)

Véronique Robert effectuait, avec le journaliste reporter d'images Stéphan Villeneuve et le fixeur kurde Bakhtiyar Haddad tués par l'explosion d'une mine, un reportage sur la bataille de Mossoul destiné au magazine "Envoyé spécial".

Quatre jours après la mort de son confrère Stephan Villeneuve, Véronique Robert a succombé à ses blessures, a appris samedi 24 juin la direction de l'information de France Télévisions. Dans un communiqué, elle ajoute que la journaliste, opérée à Bagdad après avoir été grièvement blessée dans l'explosion d'une mine, avait été transférée dans la nuit de jeudi à vendredi à l'hôpital Percy, près de Paris.

Spécialiste des terrains de guerre, elle avait couvert de nombreux conflits au Moyen-Orient, notamment en Irak. 

Trois journaliste tués et un autre blessé

Véronique Robert effectuait, avec le journaliste reporter d'images Stéphan Villeneuve et le fixeur kurde Bakhtiyar Haddad eux aussi tués par l'explosion de la mine, un reportage pour la société #5 Bis Productions sur la bataille de Mossoul destiné au magazine "Envoyé spécial". 

Samuel Forey, un troisième journaliste français qui accompagnait Stephan Villeneuve et Véronique Robert, avait aussi été blessé légèrement.

Les parents de Stephan Villeneuve, 48 ans, lui ont rendu hommage vendredi dans une tribune publiée dans Libération. "Stephan, tout est passé si vite, mais ta vie a été celle que tu voulais, riche, utile, ont-ils témoigné. Tu laisses derrière toi ces reportages puissants et sincères que nous n'oublierons jamais et que nous ferons vivre."

L'Elysée a, pour sa part, annoncé mardi que Stephan Villeneuve allait être fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume.