Libye : le vice-président du Conseil national de transition démissionne

Le vice-président du Conseil national de transition libyen, Abdul Hafiz Ghoga, le 1er novembre 2011.
Le vice-président du Conseil national de transition libyen, Abdul Hafiz Ghoga, le 1er novembre 2011. (ISMAIL ZITOUNY / REUTERS)

Abdelhafidh Ghoga l'a annoncé dimanche à la chaîne qatarie Al-Jazeera.  

Le vice-président du Conseil national de transition libyen, Abdul Hafiz Ghoga, a annoncé sa démission à la chaîne qatarie Al-Jazeera dimanche 22 janvier. Cette décision intervient juste après son agression à l'Université de Ghar Younés, à Benghazi, où des milliers d'étudiants libyens ont manifesté contre l'arrestation de 11 de leurs camarades. 

"J'ai choisi de démissionner dans l'intérêt de la nation", a déclaré Abdul Hafiz Ghoga à la chaîne par téléphone. Des membres du CNT contactés par l'AFP ont indiqué ne pas être au courant de cette démission, Ghoga, précisant toutefois que ce dernier n'avait pas participé aux réunions du CNT samedi et dimanche.

Accusé d'être un "opportuniste"

Abdul Hafiz Ghoga a expliqué qu'il n'y avait plus le même consensus autour du CNT et qu'il ne voulait pas que le conflit autour de sa personne ait un "impact négatif" sur le Conseil. "L'important, c'est de préserver le CNT", a-t-il ajouté.

Abdelhafidh Ghoga, qui est aussi le porte-parole du CNT, est régulièrement accusé par des manifestants qui réclament sa démission d'être un "opportuniste" et d'avoir fait partie du régime de Mouammar Kadhafi.

La Libye risque d'être entraînée dans "un puits sans fond" si la contestation violente des nouvelles autorités se poursuit, a averti dimanche à Benghazi le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, conspué lui aussi la veille par des manifestants.

Vous êtes à nouveau en ligne