VIDEO. Au Liban, le cèdre emblématique gravement menacé

BRUT

Emblème du Liban, le cèdre est reconnu pour sa résistance. Pourtant, il est gravement menacé.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Victimes indirectes du changement climatique

Le Cèdre libanais peut mesurer près de 50 m de haut, survivre en altitude grâce à ses longues racines, vivre plus de 100 ans voire 1000 ans ! Mais depuis la fin des années 1990, ces arbres sont victimes des Cephalcia tannourinensis. Ces insectes dévorent leurs aiguilles et pondent sur leurs bourgeons, entraînant la mort des cèdres. À cause du changement climatique, ils pullulent. Résultat : en 12 ans seulement, ils ont tué 7,5 % des arbres de la réserve de Tannourine, au nord du pays.

Des pluies moins fréquentes

Mais ce n'est pas la seule menace. Pour se disséminer, germer et grandir, les graines des cèdres nécessitent un mélange de pluie, de neige et de givre. Ces conditions favorables, plutôt rares au Moyen-Orient, sont présentes dans les montagnes libanaises, généralement entre 1400 et 1800 mètres.

Le problème ? Les pluies sont moins fréquentes et les températures de plus en plus chaudes. L'écosystème dont les cèdres dépendent se déplace donc en altitude. Par conséquent, sa taille se réduit et lorsque les montagnes ne sont suffisamment hautes, il disparaît complètement. Il y a quelques années, les cèdres étaient largement présents à travers tout le Liban.

Dès 2100, ils ne pourraient survivre que dans la pointe nord du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne