Saad Hariri, le Premier ministre libanais démissionnaire, accueilli pour quelques jours en France

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, et le président français, Emmanuel Macron, lors d\'une conférence de presse commune à l\'Elysée, à Paris, le 1er septembre 2017.
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, et le président français, Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée, à Paris, le 1er septembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Il a annoncé qu'il quittait son poste le 4 novembre, à la surprise générale, alors qu'il se trouvait à Riyad, la capitale saoudienne. Il devrait arriver à Paris avec sa famille dans les "prochains jours". 

Ils arriveront à Paris dans "les prochains jours". Le Premier ministre démissionnaire libanais Saad Hariri et sa famille ont été invités par Emmanuel Macron à venir en France pour "quelques jours", a indiqué la présidence française à l'AFP mercredi 15 novembre. Le président français s'est entretenu avec lui et le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, a précisé l'Elysée.

"Je souhaite que la situation au Liban soit pleinement pacifiée (...) Je me suis entretenu avec le Premier ministre Saad Hariri et nous sommes convenus que je l'invitais pour quelques jours en France avec sa famille. C'est aussi un geste d'amitié, et une volonté marquée de la France de contribuer au retour au calme et à la stabilité au Liban", a déclaré Emmanuel Macron à Bonn (Allemagne), en marge de la COP 23. 

Saad Hariri a annoncé sa démission le 4 novembre à la surprise générale, alors qu'il se trouvait à Riyad, la capitale saoudienne. Dans un entretien diffusé sur la chaîne de télévision libanaise Future TVil disait craindre pour sa vie et accusait l'Iran et le Hezbollah libanais de semer la discorde dans le monde arabe.

Emmanuel Macron très actif dans ce dossier

Depuis, la liberté de mouvement de Saad Hariri fait l'objet d'intenses spéculations. Mercredi, le président libanais, le chrétien Michel Aoun, a accusé l'Arabie saoudite de détenir Saad Hariri.

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah (chiite), a lui aussi sous-entendu que Saad Hariri n'était pas libre et qu'il avait été littéralement kidnappé par l'Arabie saoudite. Le geste de Saad Hariri est perçu comme un nouvel épisode du bras de fer entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite. 

Le président français, très actif dans ce dossier depuis dix jours, avait demandé à nouveau, mercredi matin, que Saad Hariri puisse rentrer au Liban pour y "confirmer" sa volonté de démissionner. En le faisant venir, Paris tente une autre solution pour résoudre la crise. 

Vous êtes à nouveau en ligne