Liban : le Hezbollah dit avoir abattu un "drone israélien" à la frontière

Des obus et un char israélien près de la frontière libanaise, à la périphérie de Kiryat Shemona (Israël), le 1er septembre 2019. 
Des obus et un char israélien près de la frontière libanaise, à la périphérie de Kiryat Shemona (Israël), le 1er septembre 2019.  (JALAA MAREY / AFP)

Après une attaque aux drones le 25 août imputée à Israël contre la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, le chef du mouvement chiite avait réagi en s'engageant à abattre les drones israéliens qui pénétreraient dans l'espace aérien du Liban.

La tension continue de grimper. Le Hezbollah libanais a annoncé, lundi 9 septembre, avoir abattu un "drone israélien" au moment où celui-ci traversait la frontière avec le Liban. Cet incident intervient une semaine après une confrontation entre le mouvement chiite et l'Etat hébreu. 

Des combattants du Hezbollah "ont confronté avec les armes nécessaires un drone israélien au moment où il traversait la frontière" en direction de la localité de Ramieh, au sud-Liban, selon un communiqué du mouvement. "Le drone a été abattu à l'extérieur de la localité et se trouve entre les mains" du Hezbollah, poursuit le texte. 

Représailles

L'actuelle poussée de fièvre intervient après une frappe d'Israël en Syrie qui a tué deux combattants du Hezbollah, le 24 août. Elle a été suivie, quelques heures plus tard, par l'envoi de deux drones chargés d'explosifs contre la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Le mouvement chiite et l'armée libanaise ont pointé du doigt Israël, qui n'a jamais commenté.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait immédiatement promis des représailles contre Israël, tout en s'engageant à abattre les drones israéliens qui entreraient au Liban. L'escalade des tensions en cours depuis plusieurs semaines entre le Hezbollah et Israël s'était achevée, dimanche 1er septembre, par des échanges de tirs à la frontière.

Vous êtes à nouveau en ligne