Liban : "Les émeutes d'aujourd'hui sont des émeutes de la faim", estime un député LREM

Gwendal Rouillard, député LREM du Morbihan. 
Gwendal Rouillard, député LREM du Morbihan.  (THIERRY CREUX / MAXPPP)

Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi dans les rues de Beyrouth pour dénoncer la classe dirigeante libanaise jugée corrompue, quatre jours après la double-explosion survenue sur le port. Pour le député LREM Gwendal Rouillard "on vit sur une poudrière économique et sociale". 

"Les émeutes d'aujourd'hui sont en réalité des émeutes de la faim", a déclaré samedi 8 août sur franceinfo Gwendal Rouillard, député LREM du Morbihan dont la famille habite à Beyrouth, et où il se rend très régulièrement, alors qu'une manifestation a réuni des milliers de personnes samedi dans la capitale libanaise. Une centaine de personnes ont été blessées et un policier a été tué. Le ministère des Affaires étrangères a été envahi par les manifestants pendant plusieurs heures.

"Il n'y a aucun service public"

"Le drame de la semaine n'est qu'un détonateur parce qu'on vit ici sur une poudrière économique et sociale. Les gens n'en peuvent plus, les gens crèvent de faim", estime le député. "Ce que nous demandons, c'est des réformes urgentes pour donner à manger à la population, pour avoir de l'électricité, pour avoir des infrastructures routières, pour avoir les capacités de développement des entreprises et de la création d'emplois. Rien n'est fait par ces dirigeants. Ils doivent donc en tirer des conséquences", a ajouté Gwendal Rouillard.

"C'est un espoir pour les Libanais. Quand je vis ici, je vois des coupures d'électricité en permanence, des accès routiers très difficiles, des accès à Internet pour le moins difficile. Il n'y a aucun service public, aucun système de protection sociale, aucun système de retraite. Le moindre examen de santé coûte ici des centaines de dollars. Un examen de base gynécologique ici, c'est 400 à 500 dollars dans ce pays. Ça s'appelle la pauvreté. Et donc, c'est l'essence même des manifestations du jour."

Vous êtes à nouveau en ligne