Explosions à Beyrouth : "Ici, tout le monde est dans un état de choc", témoigne le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf.
Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

En vacances à quelques kilomètres de la capitale libanaise, le musicien dit avoir cru à un bombardement. Des membres de sa famille ont été blessés et ont perdu leur appartement.

"Ici, tout le monde est dans un état de choc. Absolument personne n'est dans son état normal. Nous sommes tous touchés", a témoigné, jeudi 6 août, sur franceinfo le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, après la double explosion qui a touché Beyrouth mardi. Le musicien est actuellement en vacances à une quinzaine de kilomètres de la capitale libanaise.

Des membres de sa famille hospitalisés

"Nous n'avons pas compris ce qui s'est passé. Nous avons même eu l'impression d'avoir été bombardés, raconte Ibrahim Maalouf. On a eu un réflexe, que l'on a depuis les années 80, c'est d'appeler les enfants, de courir dans les abris dans lesquels on se réfugiait dans les années 80 pendant la guerre."

On a eu l'impression de se faire bombarder alors que nous étions à quinze kilomètres de Beyrouth.Ibrahim Maaloufà franceinfo

"Tous mes proches qui habitent à Beyrouth ont perdu leurs appartements. Dans ma famille, il y a certaines personnes qui sont gravement blessées et qui sont aujourd'hui dans les hôpitaux", confie le musicien franco-libanais.

"Le peuple vit dans une forme de résilience permanente. Les Beyrouthins ont un mode de vie dans lequel ils ont totalement intégré la notion du risque des attentats et des bombes. C'est dingue, s'exclame le trompettiste, sur franceinfo. C'est devenu une sorte de normalité, de continuer de vivre malgré le drame continu, permanent depuis des années, des décennies et des décennies".

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf témoigne après la double explosion à Beyrouth
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne