Beyrouth : nouveaux affrontements entre manifestants et policiers près du Parlement

Manifestation contre le gouvernement à Beyrouth, le 9 août 2020.
Manifestation contre le gouvernement à Beyrouth, le 9 août 2020. (THAIER AL-SUDANI / REUTERS)

Comme la veille, des milliers de manifestants ont convergé vers la place du Parlement, située non loin de la place des Martyrs.

Des manifestants font face dimanche 9 août aux forces de sécurité libanaises qui bloquent l'accès à une artère donnant sur la Chambre des députés. Certains ont jeté des pierres et tiré des feux d'artifice en direction de la police qui a répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes, a constaté un correspondant de l'AFP. Il s'agit du deuxième jour d'un mouvement de contestation contre le pouvoir, cinq jours après les explosions qui ont tué près de 160 personnes et blessé plus de 6 000 autres.

Peu d'espoir de retrouver des survivants. L'espoir s'amenuise de retrouver des survivants dans le port de Beyrouth a annoncé dimanche l'armée libanaise.

Démission de la ministre de l'Information. Manal Abdel Samad a annoncé qu'elle quittait le gouvernement. Il s'agit de la première démission d'un membre du gouvernement après les explosions meurtrières et dévastatrices du port de Beyrouth.

Un lourd bilan. L'énorme déflagration, mardi, dans un entrepôt du port de la capitale libanaise, a fait au moins 158 morts, 6 000 blessés, des dizaines de disparus et des centaines de milliers de sans-abris.

La colère de la rue. Des milliers de Libanais ont déferlé samedi dans les rues de Beyrouth pour exprimer leur colère face à la classe politique jugée responsable des explosions. 

Une crise politique. Le Premier ministre va proposer des élections législatives anticipées"J'appelle toutes les parties politiques à s'entendre sur l'étape à venir", a déclaré Hassan Diab.

Vous êtes à nouveau en ligne