"Ce sont tous des voleurs !", au Liban, les habitants de Tyr ne décolèrent pas contre les dirigeants

Des manifestants dans les rues de Tyr, Liban, dimanche 21 octobre.
Des manifestants dans les rues de Tyr, Liban, dimanche 21 octobre. (MAHMOUD ZAYYAT / AFP)

Au Liban, des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues, ce week-end. Un mouvement de contestation de la classe politique inédit dans le pays. Exemple à Tyr, au sud du Liban.

Sous le soleil et face à la mer, ils sont plus de 2 000 manifestants réunis dans le centre-ville de Tyr, au Liban, dimanche 20 octobre. Dans une ambiance festive, des manifestants de tous les âges venus seuls, en famille ou entre amis. Tous avec un drapeau libanais, à l'image de Rami, 54 ans. "C'est la premiere fois qu'il y a une manifestation d'une telle ampleur", estime l'homme

Là vous avez des chrétiens derrière moi, des musulmans sunnites ou chiites... De toutes les confessions religieuses, de tous les bords.Ramià franceinfo

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues des grandes villes du pays ce week-end. Ce mouvement de contestation inédit dans le pays a été déclenché de manière spontanée jeudi par l'annonce d'une taxe sur les appels effectués via WhatsApp. Depuis, les manifestations n'ont pas cessé et visent la classe politique dans son ensemble, accusée d'incompétence et de corruption.

Après quatre jours de mobilisation, les manifestants sont toujours plus nombreux. Leurs cibles, des responsables politiques corrompus et des partis communautaires, hérités de la guerre civile. "On n'a ni électricité, ni eau, dénonce Amane, présente dans la manifestation à Tyr. On vit dans la pollution. Ils ne font rien. Ce sont tous des voleurs !"

"On est resté dans les rues !"

Ici à Tyr, la majorité est chiite, en principe tenue d'une main de fer par deux partis, le Hezbollah et Amal, qui n'a pas hésité, samedi 19 octobre, a envoyer ses miliciens mater la contestation. "Ils ont créé des problèmes pour qu'on recule mais on n'a pas peur, explique une manifestante. On n'a pas accepté, on est resté dans les rues." Pas question de plier, les Libanais restent mobilisés. C'est tout un système dont ils veulent se libérer. 

Lundi, un conseil des ministres extraordinaire a débuté en présence du Premier ministre Saad Hariri et du président Michel Aoun. Le gouvernement doit se prononcer sur un plan de réformes. Le mouvement, lui, ne faiblit pas. Lundi matin, des manifestants ont coupé de nombreuses routes à travers le pays pour empêcher les employés d'aller au travail, tandis que les appels à descendre dans la rue se multipliaient sur les réseaux sociaux. Banques, universités et écoles sont restées fermées, paralysant à nouveau le pays.

Vous êtes à nouveau en ligne