Au Liban, une journée de manifestation contre le pouvoir émaillée de violences

Des manifestants dans le centre de Beyrouth (Liban), samedi 6 juin 2020. 
Des manifestants dans le centre de Beyrouth (Liban), samedi 6 juin 2020.  (PATRICK BAZ / AFP)

Des heurts ont éclaté samedi sur la place des Martyrs, ainsi qu'entre des habitants de quartiers sunnites et chiites. Depuis le mois d'octobre, une partie de la population est en colère contre le gouvernement, accusé d'être impuissant face à la crise économique.

Plusieurs centaines de manifestants ont rallié le centre de Beyrouth, au Liban, samedi 6 juin, afin de dénoncer l'impuissance du gouvernement face à l'effondrement économique. Cette mobilisation sur la place des Martyrs s'est accompagnée d'escarmouches entre manifestants du mouvement chiite du Hezbollah et forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Au moins quarante-huit personnes ont été blessées, dont 37 soignées sur place, selon la Croix-Rouge libanaise.

Il s'agissait du premier rassemblement organisé depuis l'allégement des mesures de confinement, imposées à la mi-mars. Le Liban avait connu en octobre un soulèvement inédit contre la classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

Des tensions intercommunautaires

En soirée, selon une source de sécurité, des coups de feu ont été échangés dans la capitale entre les habitants d'un quartier sunnite, bastion de l'ancien premier ministre Saad Hariri, et un quartier chiite voisin, bastion du parti Amal. L'armée s'est déployée et a rétabli le calme, a indiqué l'agence étatique ANI, faisant état de deux blessés.

Plusieurs hautes instances religieuses, mais aussi Saad Hariri et le Hezbollah, ont dénoncé des insultes visant Aïcha, la femme du prophète, qui ont été à l'origine des tensions. Ces insultes ont provoqué la colère à Tripoli, où des manifestants ont lancé des pierres sur des forces de l'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, selon une correspondante de l'AFP. Le Premier ministre Hassan Diab a dénoncé sur Twitter ces insultes, appelant les Libanais à faire preuve de "sagesse".

En journée, les tensions étaient déjà vives à Beyrouth. Parmi les manifestants, certains ont appelé au désarmement du Hezbollah. Des jets de pierre ont été échangés entre des contestataires et des partisans du puissant mouvement chiite venus d'un quartier voisin, mais l'armée s'est interposée, selon un photographe de l'AFP. La question des armes du Hezbollah est un des principaux sujets de discorde dans la classe politique. Le groupe est la seule faction à ne pas avoir abandonné son arsenal militaire au sortir de la guerre civile (1975-1990).

Une mobilisation hétéroclite entamée en octobre

Des groupes hétéroclites participent aux manifestations, avançant une pléthore de griefs économiques et sociaux, et réclamant pour certains des législatives anticipées. Près de la place des Martyrs, à l'entrée d'une rue menant au Parlement, des manifestants qui caillassaient les forces de sécurité et saccageaient des vitrines ont été dispersés par des tirs de gaz lacrymogènes. Les contestataires ont incendié des bennes à ordure dans le centre-ville, repoussés par les policiers anti-émeute qui avançaient en rangs serrés.

Déclenché le 17 octobre 2019, le soulèvement a vu certains jours des centaines de milliers de Libanais battre le pavé pour crier leur ras-le-bol. Depuis l'année dernière, le pays poursuit son effondrement économique qui s'accompagne d'une forte dépréciation de la livre libanaise et d'une explosion de l'inflation. Le chômage touche plus de 35% de la population active, tandis que plus de 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté, selon le ministère des Finances.

Malgré l'essoufflement de la mobilisation ces derniers mois, des cortèges de voitures ont défilé certains jours dans la capitale, tandis que des affrontements à Tripoli ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre, faisant un mort fin avril. Sous la pression de la rue, un nouveau gouvernement a été formé en début d'année, sans effet. Les autorités ont adopté fin avril un plan de relance économique, et entamé des négociations sur des aides financières avec le Fonds monétaire international (FMI).

Vous êtes à nouveau en ligne