Les rebelles libyens ont lancé mercredi une offensive dans l'ouest de la Libye

Rebelles libyens à Benghazi (6 juillet 2011)
Rebelles libyens à Benghazi (6 juillet 2011) (AFP / Patrick Baz)

Ils veulent progresser vers la capitale, soutenus par des bombardements de l'Otan sur les positions loyalistes.Alors que le conflit s'enlisait depuis des semaines, les insurgés ont réussi à repousser les soldats du colonel Kadhafi sur plusieurs kilomètres et à s'emparer du hameau de Goualich.

Ils veulent progresser vers la capitale, soutenus par des bombardements de l'Otan sur les positions loyalistes.

Alors que le conflit s'enlisait depuis des semaines, les insurgés ont réussi à repousser les soldats du colonel Kadhafi sur plusieurs kilomètres et à s'emparer du hameau de Goualich.

Ils ont déclenché leur attaque après avoir reçu mercredi matin le feu vert de l'Otan, a expliqué un membre du comité révolutionnaire de Zenten (120 km au sud-ouest de Tripoli).

D'intenses échanges de tirs d'artillerie ont précédé la prise du hameau de Goualich.

La rébellion avait affirmé dimanche qu'elle se préparait à une opération majeure pour reprendre des secteurs au sud de la capitale, tombés aux mains des troupes du régime, et repousser ainsi la ligne de front vers la capitale.

Les insurgés cherchent maintenant à faire sauter deux verrous stratégiques pour pouvoir avancer de façon significative vers la capitale. Il s'agit de Bir Al-Ghanam, un carrefour qui mettrait Tripoli à portée de canon, et de Gharyane, ville où se trouvent les garnisons qui protègent la capitale.

Samedi, l'Alliance atlantique avait annoncé avoir intensifié ses bombardements dans l'Ouest.

Le soulèvement contre Mouammar Kadhafi, qui a débuté à la mi-février, n'est toujours pas venue à bout du régime du colonel, malgré le soutien de l'Otan. Le régime tient une grande partie de l'ouest du pays alors que la rébellion contrôle l'est.

Vous êtes à nouveau en ligne