Les négociations sur le nucléaire iranien reprennent, Téhéran fait un geste

Les représentants occidentaux et iraniens autour de la table des négociations à Genève (Suisse), le 15 octobre 2013.
Les représentants occidentaux et iraniens autour de la table des négociations à Genève (Suisse), le 15 octobre 2013. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Les membres du Conseil de sécurité et l'Allemagne discutent avec les représentants iraniens. Ceux-ci ont présenté une feuille de route.

Les "5+1" (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne) et l'Iran sont à nouveau autour de la table. Les négociations sur le programme nucléaire iranien ont repris, mardi 15 octobre à Genève (Suisse), pour tenter de relancer le dialogue avec Téhéran alors que les capitales occidentales soupçonnent toujours le pays de vouloir mettre sur pied un arsenal nucléaire militaire.

Après des années de stagnation, l'espoir semble de mise : le nouveau président iranien, Hassan Rohani, considéré comme un modéré par rapport à son prédécesseur, a multiplié les gestes d'ouverture. Signe de cette "nouvelle atmosphère", les discussions, qui réunissent les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, l'Allemagne et Téhéran vont se tenir pour la première fois en anglais, a expliqué un officiel américain.

Des signes d'ouverture des deux côtés

Téhéran a d'ores et déjà proposé une "feuille de route". Sur le fond, son contenu n'est pas encore connu, mais l'objectif serait d'aboutir à un accord en moins d'un an, avec une première étape dans un ou deux mois. 

Côté américain, la délégation abrite pour la première fois des responsables gérant les sanctions économiques contre l'Iran. Une présence là aussi interprétée comme un signe d'ouverture de Washington.