Le groupe de contact reconnaît le Conseil national de transition (CNT) comme "l'autorité gouvernementale légitime"

Un opposant au régime libyen, à Benghazi, en mars 2011
Un opposant au régime libyen, à Benghazi, en mars 2011 (AFP - Roberto Schmodt)

C'est ce qu'indiquent les puissances mondiales et régionales réunies dans le groupe de contact vendredi à Istanbul.Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a indiqué qu'"un certain nombre d'avoirs appartenant à l'état libyen" vont pouvoir être dégelés "puisque le CNT exerce désormais cette responsabilité".

C'est ce qu'indiquent les puissances mondiales et régionales réunies dans le groupe de contact vendredi à Istanbul.

Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a indiqué qu'"un certain nombre d'avoirs appartenant à l'état libyen" vont pouvoir être dégelés "puisque le CNT exerce désormais cette responsabilité".

Les participants appellent désormais les pays détenant des avoirs libyens gelés à "ouvrir des lignes de crédit correspondant à 10 à 20% des avoirs gelés en considérant ceux-ci comme collatéraux".

Plus de 34 milliards de dollars sont gelés aux Etats-Unis.

"Le groupe de contact a aussi encouragé les participants à fournir une aide financière substantielle au CNT dans le contexte des lois existantes, y compris à travers des mécanismes autorisant les entités contrôlées par le CNT à exporter des hydrocarbures", affirme la déclaration commune.

"Jusqu'à la mise en place d'un cabinet de transition, les Etats-Unis reconnaîtront le CNT en tant qu'autorité gouvernementale légitime en Libye, et nous traiterons avec lui sur cette base", a expliqué la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, présente vendredi à Istanbul.

Une vingtaine de pays, dont la France, la Grande-Bretagne et l'Italie, considéraient déjà le CNT comme unique représentant du peuple libyen.

Le CNT remercie les Etats-Unis
A Benghazi, le CNT a salué vendredi soir les Etats-Unis comme "protecteur et promoteur de la démocratie et de la liberté", et exprimé "sa gratitude et son respect au peuple des Etats-Unis d'Amérique pour avoir reconnu le CNT comme le représentant légitime du peuple libyen".

La démarche n'a pas impressionné le colonel Kadhafi: "Reconnaissez un million de fois le soi-disant Conseil national de transition, cela n'a aucune portée pour le peuple libyen qui va piétiner vos décisions", a-t-il déclaré vendredi soir

"Coordonner les initiatives politiques"
Alain Juppé a également insisté sur la nécessité pour la communauté internationale de parler d'une seule voix à ses interlocuteurs libyens.

"Nous allons beaucoup insister sur la nécessité de mieux coordonner les initiatives politiques puisque à l'heure actuelle elles fleurissent un peu dans tous les sens", a-t-il dit.

"Donc nous avons renouvelé notre confiance en l'envoyé spécial de l'ONU et lui avons demandé de prendre des initiatives pour faire avancer la solution politique et réunir les différents partenaires autour de la table des négociations", a poursuivi le chef de la diplomatie française.

Poursuite des frappes pendant le ramadan
Sur le plan militaire, Alain Juppé s'est réjoui des progrès de la rébellion dans l'ouest du pays, et a indiqué que le mois de jeûne musulman du ramadan ne constituait pas un obstacle à la poursuite des frappes contre l'armée du leader lybien.

"Les représentants de plusieurs pays musulmans nous ont clairement indiqué qu'il n'y avait pas de contre-indication entre la période de ramadan et la poursuite des opérations visant à protéger les populations civiles", a-t-il affirmé.

La rencontre d'Istanbul réunissait tous les pays participant à la campagne de l'Otan contre le régime de Mouammar Kadhafi. La Chine et la Russie avaient décliné l'invitation.

Lire aussi

Vous êtes à nouveau en ligne