La Grande-Bretagne a annoncé mercredi l'expulsion des derniers diplomates libyens encore en poste à Londres

Le secrétaire au Foreign Office (ministre britannique des Affaires étrangères), William Hague
Le secrétaire au Foreign Office (ministre britannique des Affaires étrangères), William Hague (AFP - BEN STANSALL)

Les Britanniques participent activement aux opérations contre les forces pro-Kadhafi en Libye et disposent d'un "représentant spécial" à Benghazi, fief de l'opposition.Dans la foulée, ils ont reconnu mercredi le Conseil national de transition (CNT) d'opposition comme seul "gouvernement légitime" du peuple libyen.

Les Britanniques participent activement aux opérations contre les forces pro-Kadhafi en Libye et disposent d'un "représentant spécial" à Benghazi, fief de l'opposition.

Dans la foulée, ils ont reconnu mercredi le Conseil national de transition (CNT) d'opposition comme seul "gouvernement légitime" du peuple libyen.

Le CNT dispose déjà d'uin bureau dans la capitale britannique.

La Grande-Bretagne avait déjà expulsé début mai l'ambassadeur libyen, Omar Jelban, au lendemain d'attaques contre des bâtiments diplomatiques britanniques à Tripoli. Deux autres diplomates avaient été expulsés dans la foulée, Londres jugeant que leurs "activités étaient contraires" à ses "intérêts".

La représentation britannique à Tripoli est fermée depuis la fin mars. Depuis lors, une équipe diplomatique britannique s'est installée à Benghazi.

Le Royaume-Uni participe aux frappes aériennes sous commandement de l'Alliance atlantique en Libye, théâtre d'une révolte sans précédent contre le colonel Kadhafi depuis la mi-février.