L'armée syrienne a massé des troupes à proximité de la frontière turque, ont rapporté des témoins jeudi

Réfugiés syriens arrivant en Turquie le 23 juin 2011
Réfugiés syriens arrivant en Turquie le 23 juin 2011 (AFP - ADEM ALTAN)

L'ambassadeur de Syrie à Ankara a été convoqué par les autorités turques.Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, a exprimé la préoccupation des Etats-Unis.

L'ambassadeur de Syrie à Ankara a été convoqué par les autorités turques.

Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, a exprimé la préoccupation des Etats-Unis.

Elle a notamment estimé que le raid, jeudi matin, de l'armée syrienne contre le village de Khirbet Al Joz (nord-ouest), à moins d'un kilomètre de la frontière, est "inquiétant". "A moins que les forces syriennes n'arrêtent immédiatement leurs attaques et leurs provocations, nous nous dirigerons vers une escalade de la violence dans la région", a ajouté Hillary Clinton.

Des centaines de réfugiés pris de panique sont entrés en Turquie jeudi pour échapper aux opérations militaires dans les zones syriennes frontalières. Des réfugiés en provenance de la province d'Idlib ont rapporté que des blindés et des soldats s'étaient approchés jusqu'à 500 mètres de la frontière turque dans le secteur de Khirbat al Djoz.

La Turquie sunnite est de plus en plus critique envers le président syrien Bachar Al Assad, issu de la minorité alaouite, alors qu'elle soutenait précédemment ses efforts de paix avec Israël et de rapprochement avec les Etats-Unis.

Selon certains observateurs, le risque est grand de voir la Syrie, où se côtoient sunnites, kurdes, alaouites et chrétiens, basculer dans une guerre civile dans la mesure où le régime s'appuie de plus en plus sur les troupes alaouites qui lui sont acquises et sur des forces irrégulières.

Vous êtes à nouveau en ligne