Jacob Zuma a souligné dimanche que l'OTAN n'était pas mandaté pour conduire "l'assassinat politique" de M.Kadhafi

Jacob Zuma lors de la réunion de l\'Union africaine, le 26 juin 2011
Jacob Zuma lors de la réunion de l'Union africaine, le 26 juin 2011 (AFP/ALEXANDER JOE)

Le président sud-africain a fait cette déclaration lors de l'ouverture du comité des médiateurs de l'Union africaine à Pretoria.Dans le même temps, des combats étaient enregistrés à l'arme lourde étaient enregistrés à 50 km de Tripoli dans la plaine s'étendant entre les montagnes berbères, tenues par les rebelles libyens, et Tripoli.

Le président sud-africain a fait cette déclaration lors de l'ouverture du comité des médiateurs de l'Union africaine à Pretoria.

Dans le même temps, des combats étaient enregistrés à l'arme lourde étaient enregistrés à 50 km de Tripoli dans la plaine s'étendant entre les montagnes berbères, tenues par les rebelles libyens, et Tripoli.

La réunion à Pretoria intervient juste avant le 17e sommet de l'Union africaine qui se tiendra à Malabo, en Guinée-équatoriale du 30 juin au 1er juillet à l'heure où la crise libyenne divise de plus en plus les pays du continent.

L'UA a proposé une "feuille de route" pour mettre fin au conflit, acceptée par Mouammar Kadhafi mais rejetée par les insurgés, combattant depuis février le régime de M. Kadhafi.

Intenses combats au sud de Tripoli

D'intenses bombardements aux roquettes de type Grad et des tirs soutenus de mitrailleuses lourdes étaient entendus depuis Yefren, à une quinzaine de kilomètres au nord. Les combats ont lieu à Bir-Al-Ghanam an nord de Bir Ayad, position située sur la route de la capitale et prise par les rebelles depuis trois semaines--, selon la rébellion.

Les insurgés ont étendu leur contrôle sur les montagnes berbères la semaine dernière en s'emparant de la zone allant de Zenten à Yefren, à environ 80 km sud de Tripoli.

Arrivée à Tripoli d'un bateau venant de Benghazi
A Tripoli, un bateau affrété par le Comité international de la Croix-rouge (CICR) est arrivé dimanche en provenance de la ville rebelle de Benghazi (est), avec quelques dizaines de familles à bord, a constaté un journaliste de l'AFP.

106 personnes, dont la plupart sont des femmes, hommes âgés ou enfants, bloquées à Benghazi depuis le début du conflit en Libye, ont retrouvé leurs proches après quatre mois de séparation.

Vous êtes à nouveau en ligne