VIDEO. Gaza : l'ONU durcit le ton après l'attaque d'une école reconvertie en camp de réfugiés

S.SOULA, P.DESMULIE, V.LEJEUNE / FRANCE 2

Seize Palestiniens sont morts dans l'attaque d'une salle de classe de l'ONU, où logeaient de nombreuses familles.

Seize Palestiniens, dont de nombreux enfants, ont péri mercredi 30 juillet dans l'attaque du camp de réfugiés de Jabaliya. Deux obus de char ont frappé de plein fouet deux salles de classe d'une école de l'ONU où s'étaient réfugiés des milliers de familles, chassées de chez elles par les combats.

> Revivez les évènements de la journée

Israël rend son adversaire, le Hamas, responsable de ces nouveaux décès après ces nouvelles frappes. L'Etat hébreu accuse le mouvement islamiste palestinien de se servir des civils comme "boucliers humains".

Les Nations unies haussent le ton

L'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNWRA) a accusé l'armée israélienne de "grave violation du droit international", après le bombardement de l'école. "La nuit dernière, des enfants ont été tués alors qu'ils dormaient à côté de leurs parents sur le sol d'une salle de classe, dans un refuge désigné comme tel à Gaza. C'est un affront pour chacun d'entre nous, une source de honte internationale", a déclaré le chef de l'UNWRA, Pierre Krähenbühl.

De son côté, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a qualifié d'"injustifiable" l'attaque de l'école. "Je veux préciser que la localisation exacte de cette école élémentaire avait été communiquée 17 fois aux autorités militaires israéliennes, notamment la nuit dernière, quelques heures seulement avant cette attaque", a affirmé le patron de l'ONU, demandant officiellement que "justice soit rendue".

Vous êtes à nouveau en ligne