Trois questions pour comprendre le vote à l'Assemblée sur la reconnaissance d'un Etat palestinien

Le drapeau palestinien flottant devant le siège de l\'Unesco, à Paris, le 13 décembre 2011.
Le drapeau palestinien flottant devant le siège de l'Unesco, à Paris, le 13 décembre 2011. (JOEL SAGET / AFP)

L'Assemblée nationale se prononce mardi sur une résolution non-contraignante invitant le gouvernement à reconnaître la Palestine.

Après le débat qui a eu lieu vendredi 28 novembre, l'Assemblée se prononce mardi 2 décembre sur la résolution socialiste invitant à reconnaître l'Etat palestinien. Au moment où les Palestiniens tentent de faire avancer leur cause à l'ONU, ce texte à portée symbolique devrait être approuvé par une majorité de députés, sans le soutien de l'opposition.

Francetv info revient en trois questions sur cette démarche.

A quoi sert le vote de cette résolution ?

Le texte soumis au vote des députés, mardi, et qui sera également débattu au Sénat le 11 décembre, est une résolution non-contraignante pour le gouvernement. Ses auteurs invitent le gouvernement "à reconnaître l'Etat de Palestine en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit" au Proche-Orient et jugent que "la solution des deux Etats, promue avec constance par la France et l'Union européenne, suppose la reconnaissance de l'Etat de Palestine aux côtés de celui d'Israël". S'il était adopté, le texte n'obligerait pas le gouvernement à effectivement reconnaître l'Etat palestinien, geste qui serait lui-même symbolique.

Mais cette démarche est de plus en plus envisagée comme un moyen de faire pression sur Israël pour relancer les négociations. "Le vote de cette résolution est éminemment symbolique, mais il peut en déclencher d'autres et permettre à François Hollande, en tant que chef de la diplomatie, de prendre des initiatives au niveau européen", a espéré le député Benoît Hamon dans une interview à Metronews.

Le Parlement britannique, le Sénat irlandais et le Congrès des députés espagnols ont récemment approuvé des textes similaires à celui proposé par les députés PS, et la Suède est devenue, le 30 octobre, le premier pays à reconnaître la Palestine, en étant membre de l'Union européenne. Le gouvernement a donné son aval à la démarche des parlementaires, mais "n'est pas lié" par leur décision, a rappelé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui plaide pour une reconnaissance "utile" à un règlement du conflit, et pas simplement symbolique.

En France, qui est pour et qui est contre ?

Le texte est présenté par les députés socialistes, mais une dizaine d'entre eux ne l'a pas signé, notamment Armand Jung, président du groupe d'amitié France-Israël, et le maire de Sarcelles (Val-d'Oise), François Pupponi, commune qui abrite une forte population de confessions juive et musulmane. A gauche, la résolution est soutenue par les écologistes et le Front de gauche, qui avaient déposé leurs propres textes.

La reconnaissance de la Palestine rencontre en revanche l'opposition d'une grande partie de l'UDI et de l'UMP, même si ce dernier parti répartira son temps de parole, vendredi, entre un orateur favorable et deux défavorables au texte. Principal argument du chef de file du groupe UMP, Christian Jacob : une telle question diplomatique relève du "domaine réservé de l'exécutif". En meeting, mardi, Nicolas Sarkozy a, lui, appelé à voter contre "une reconnaissance unilatérale quelques jours après un attentat meurtrier, et alors qu'il n'y a aucun processus de paix".

Enfin, le Front national est divisé sur la question : Gilbert Collard votera contre le texte mais Marion-Maréchal Le Pen a annoncé qu'elle l'approuverait. "Au FN, nous sommes pour la reconnaissance d'un Etat palestinien parce que nous estimons que cette reconnaissance donnera des droits, mais aussi des devoirs et des moyens pour lutter notamment contre le terrorisme" a-t-elle expliqué.

Quels pays ont déjà pris cette décision ?

Si elle reconnaissait la Palestine, la France ne serait pas minoritaire, loin de là. La Suède est devenue, fin octobre, le 135e Etat à le faire. La liste inclut la quasi-totalité des pays du Moyen-Orient, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud, comme le montre cette carte du site Quartz, mais aussi un certain nombre de pays européens comme la Roumanie, la Hongrie ou la Pologne qui l'avaient reconnue avant leur entrée dans l'Union européenne.

Vous êtes à nouveau en ligne