Plus de 40 animaux évacués d'un zoo de la bande de Gaza vers la Jordanie

Un singe sous sédatif est placé dans une cage pour son transfert du zoo de Gaza vers la Jordanie, le 7 avril 2019.
Un singe sous sédatif est placé dans une cage pour son transfert du zoo de Gaza vers la Jordanie, le 7 avril 2019. (ABED RAHIM KHATIB / NURPHOTO / AFP)

Ce parc animalier est le plus ancien de la bande de Gaza qui, depuis plus d'une décennie, est verrouillée par un strict blocus israélien et égyptien.

Plus de 40 animaux, dont cinq lions, ont été évacués, dimanche 7 avril, du zoo de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, vers la Jordanie, a annoncé une organisation de protection des animaux. Amaigris et fragiles, les 43 animaux, dont un loup et des singes, vivaient dans de "terribles conditions" selon l'association Four Paws ("Quatre pattes") qui a organisé leur transfert.

Le zoo de Rafah avait fait parler de lui en janvier quand quatre lionceaux tout juste nés y étaient morts de froid. Le parc animalier est le plus ancien de la bande de Gaza qui, depuis plus d'une décennie, est verrouillée par un strict blocus israélien et égyptien.

"Leur état est assez stable"

Les animaux "ne sont pas en grande forme mais leur état est assez stable" pour qu'ils voyagent jusqu'à une réserve en Jordanie, à quelque 300 kilomètres de l'enclave palestinienne, a expliqué à l'AFP Martin Bauer, porte-parole de l'association britannique. Le transfert aurait dû avoir lieu fin mars mais l'organisation n'a pas pu entrer à Gaza, le point de passage avec Israël étant resté fermé une semaine à la suite d'une escalade des violences entre Gaza et l'Etat hébreu, a-t-il précisé.

Les animaux ont été placés sous sédatifs le temps d'être mis en cage puis ont été transportés jusqu'au point de passage où ils ont été chargés sur d'autres camions en partance pour la Jordanie. Selon Martin Bauer, l'opération a eu le "soutien de toutes les autorités" à Gaza dont le Hamas, mouvement islamiste qui contrôle l'enclave, et du propriétaire du zoo, qui n'avait plus assez d'argent pour financer la nourriture et les soins des animaux. "Ce furent de longues négociations", a déclaré Martin Bauer, soulignant qu'il s'agissait de la plus vaste opération menée par son organisation.

Vous êtes à nouveau en ligne