Les Etats-Unis annoncent un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis

Benyamin Nétanyahou et Donald Trump échangent une poignée de mains, le 18 septembre 2017, à New York.
Benyamin Nétanyahou et Donald Trump échangent une poignée de mains, le 18 septembre 2017, à New York. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Annoncée par Donald Trump, cette normalisation des relations entre les Emirats et Israël faisait partie de son projet de paix pour le Moyen-Orient.

Israël et les Emirats arabes unis ont signé un "accord de paix historique" sous l'égide des Etats-Unis, a tweeté le président américain, Donald Trump, jeudi 13 août. "Journée historique", a confirmé le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, après l'annonce surprise de cette normalisation des relations entre les deux pays.

De son côté, le prince héritier d'Abou Dhabi, capitale des Emirats, a affirmé que l'accord comportait l'arrêt de "toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens". Benyamin Nétanyahou, qui doit prononcer une allocution à 19 heures (heure de Paris), ne s'est pas encore exprimé sur ce point.

Le Hamas fait part de ses réserves

Par le passé, cette normalisation était intimement liée au processus de paix avec les Palestiniens. Mais pour le pouvoir israélien, c'est plutôt la normalisation avec les pays arabes qui poussera les Palestiniens à un accord de paix avec Israël. "La gauche israélienne et mondiale a toujours dit qu'on ne peut pas faire d'accord de paix avec les pays arabes sans la paix avec les Palestiniens (...). Pour la première fois dans l'histoire, Benyamin Nétanyahou a brisé ce paradigme", a réagi le parti de Benyamin Nétanyahou, le Likoud.

Le mouvement palestinien Hamas a estimé que l'annonce de cette normalisation "ne sert pas la cause palestinienne". Selon les Emirats arabes unis, en revanche, l'accord est "une étape courageuse" vers "la solution à deux Etats".

Vous êtes à nouveau en ligne