Le Guatemala suit les Etats-Unis et transfère à Jérusalem son ambassade en Israël

Un drapeau israélien flotte devant la ville de Jérusalem et le dôme du Rocher, le 6 décembre 2017.
Un drapeau israélien flotte devant la ville de Jérusalem et le dôme du Rocher, le 6 décembre 2017. (MAHMOUD IBRAHIM / AFP)

Le pays d'Amérique centrale est le premier Etat à imiter la décision annoncée par le gouvernement de Donald Trump le 6 décembre, et condamnée par une majorité de pays lors de l'Assemblée générale de l'ONU.

La nouvelle ne devrait pas provoquer de choc diplomatique, mais elle apporte un soutien au gouvernement des Etats-Unis. Le Guatemala a annoncé, dimanche 24 décembre, le transfert de son ambassade en Israël à Jérusalem, imitant la décision annoncée par Washington le 6 décembre. Une décision à l'époque massivement condamnée par l'Assemblée générale de l'ONU lors d'un vote jeudi.

"J'ai donné des instructions à la ministre [des Affaires étrangères] pour entamer les démarches" afin de mettre en œuvre cette décision, a écrit le président du Guatemala, Jimmy Morales, sur son compte Twitter.

Le président guatémaltèque a rendu compte, sur les réseaux sociaux, d'un entretien téléphonique qu'il avait eu auparavant avec le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. "Un des thèmes les plus importants avec le Premier ministre [israélien] a été le retour de l'ambassade du Guatemala à Jérusalem", a-t-il fait savoir, soulignant les "excellentes relations" entre les deux pays "depuis que le Guatemala a soutenu la création de l'Etat d'Israël".

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon,  a salué quelques heures plus tard cette "importante décision": "Formidable nouvelle, une vraie amitié !" a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

"La conviction que c'était la bonne voie"

Jeudi, le Guatemala avait voté contre la résolution de l'ONU condamnant la décision américaine, tout comme le Honduras, le Togo, la Micronésie, Nauru, Palau et les îles Marshall, en plus des Etats-Unis et d'Israël. "Malgré le fait que n'ayons été que neuf dans le monde, nous avons la totale certitude et conviction que c'était la bonne voie", avait déclaré Jimmy Morales vendredi.

Des 193 pays composant l'Assemblée générale de l'ONU, 128 ont condamné la décision américaine, dont des pays alliés des Etats-Unis comme la France et le Royaume-Uni. In fine, le texte n'a pas été adopté, les Etats-Unis ayant utilisé leur veto de membre permanent au Conseil de sécurité.

Le Guatemala faisait partie des treize derniers pays à avoir déménagé leur ambassade de Jérusalem vers Tel Aviv, en 1980, après le vote d'une résolution de l'ONU appelant à le faire.

Vous êtes à nouveau en ligne