L'armée israélienne déploie des renforts en Cisjordanie après l'annonce du "plan pour la paix" américain

Des militaires israéliens tirent des gaz lacrymogènes lors d\'une manifestation de Palestiniens contre le \"plan pour la paix\" américain, le 29 janvier 2020, dans un camp de réfugiés situé entre les villes cisjordaniennes d\'Hébron et de Bethléem.
Des militaires israéliens tirent des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation de Palestiniens contre le "plan pour la paix" américain, le 29 janvier 2020, dans un camp de réfugiés situé entre les villes cisjordaniennes d'Hébron et de Bethléem. (HAZEM BADER / AFP)

Ce déploiement intervient au lendemain de l'annonce du "projet de paix" de Donald Trump pour le Moyen-Orient, qui a reçu un accueil largement favorable des Israéliens mais a été rejeté par les Palestiniens.

L'armée israélienne a renforcé, mercredi 29 janvier dans la soirée, sa présence en Cisjordanie et près de Gaza. Ce déploiement intervient au lendemain de l'annonce du "projet de paix" de Donald Trump pour le Moyen-Orient, qui a reçu un accueil largement favorable des Israéliens mais a été rejeté par les Palestiniens.

Peu après l'annonce de ce renforcement, l'armée israélienne a indiqué qu'une roquette "a été tirée depuis la bande de Gaza" vers l'Etat hébreu, la première depuis que le plan américain a été dévoilé à Washington. En guise de réponse, Tsahal a annoncé que des "chasseurs ont frappé un certain nombre de cibles terroristes du Hamas dans le sud de la bande de Gaza".

De nouvelles manifestations, qui ont fait quelques blessés, ont eu lieu mercredi dans les territoires palestiniens pour dénoncer ce plan jugé pro-israélien par le leadership palestinien. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a refusé ces derniers mois les offres de dialogue des Etats-Unis, a affirmé que le plan "ne passera pas" et qu'il est destiné aux "poubelles de l'histoire". Il est attendu d'ici quinze jours devant le Conseil de sécurité de l'ONU pour plaider son rejet du plan, a annoncé mercredi l'ambassadeur palestinien auprès des Nations unies, Riyad Mansour.

Vous êtes à nouveau en ligne