Jérusalem reconnue capitale d'Israël par Donald Trump : "Je crains que les réactions soient très violentes partout", réagit Leïla Shahid

Leïla Shahid, le 21 novembre 2005.
Leïla Shahid, le 21 novembre 2005. (MAXPPP)

Le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël. Pour l'ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France, Leïla Shahid, "on n'avait pas besoin de cet acte irresponsable". 

Le président américain Donald Trump a officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, jusqu'ici capitale auto-proclamée par les Israéliens. La communauté internationale accorde ce statut à la ville de Tel-Aviv, où demeurent toutes les ambassades.

Cette annonce "est catastrophique du point de vue de tous les gens dans le monde", a réagi jeudi 7 décembre sur franceinfo Leïla Shahid, ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France (1994-2005), puis ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg (2005 à 2015).

franceinfo : Que pensez-vous d'une telle prise de position ?

Leïla Shahid : Dans un monde qui va très mal, on n'avait pas besoin de cet acte irresponsable qui ne fera que nourrir les plus extrémistes dans le monde entier. C'est très grave que le président d'un des plus grands Etats du monde, en tout cas le plus puissant, piétine complètement le droit international. Ça fait 70 ans que les Américains reconnaissent Jérusalem comme un corpus separatum, comme la France et comme l'a très bien dit le président Macron. C'est un statut que le monde entier reconnaît comme un statut à négocier. Je crains que les réactions soient très violentes partout, pas seulement pour les Palestiniens, mais pour tout le monde chrétien et musulman.

Après cette annonce, le chef du Hamas appelle à un soulèvement, une nouvelle intifada contre Israël. Que va-t-il se passer ?

On vient d'obtenir quelques succès contre les terroristes en Syrie et en Irak et Monsieur Trump vient de leur donner le même alibi pour dire qu'il faut défendre une ville que les indélicats prennent par la force de l'occupation militaire (...) Le président Abbas a appelé le peuple palestinien à résister de manière non violente, mais il y a déjà eu des manifestations aujourd'hui. Il y en a eu hier soir. Elles sont pacifiques, il y en a demain, mais personne ne peut contrôler la situation et je ne sais pas ce qui se passera dans le reste du monde musulman et chrétien. Les gens ne peuvent plus supporter l'irresponsabilité et la criminalité de ce président américain. Il est en train de mettre dans l'embarras total même ses alliés arabes comme l'Arabie saoudite et l'Egypte.

Que peut faire la communauté internationale ?

Assumer très rapidement ses responsabilités. Si Trump en est arrivé là, c'est à cause de l'irresponsabilité de la communauté internationale et la faiblesse des Etats arabes. L'Arabie saoudite n'a pas joué très efficace depuis l'arrivée au pouvoir [de Trump]. Mais la communauté internationale doit se battre pour sa propre peau, pour qu'il n'y ait pas d'attentats partout dans le monde contre des ambassades américaines. Il faut à tout prix immédiatement intervenir. Il y a un Conseil de sécurité demain, une Ligue arabe après-demain, les pays islamiques se réunissent sous la présidence turque mercredi, il faut faire reculer monsieur Trump. Il n'y a pas d'autres moyens.

Vous êtes à nouveau en ligne