Israéliens et Palestiniens s'accordent sur un cessez-le-feu "illimité" dans la bande de Gaza

Un habitant de la bande de Gaza sort un drapeau palestinien des décombres, après une frappe israélienne sur Gaza, le 26 août 2014.
Un habitant de la bande de Gaza sort un drapeau palestinien des décombres, après une frappe israélienne sur Gaza, le 26 août 2014. (MOHAMMED ABED / AFP)

L'accord devrait entrer en vigueur à 18h. Le texte prévoirait "la levée du blocus de la bande de Gaza" mis en place par Israël en 2006.

Israéliens et Palestiniens sont parvenus à un accord de cessez-le-feu "illimité" dans la bande de Gaza pour mettre fin à cinquante jours de conflit entre le Hamas et l'Etat hébreu dans la bande de Gaza, annonce mardi 26 août Le Caire qui pilote depuis plusieurs jours les négociations pour une accord entre les belligérants. L'information avait déjà été annoncée plus tôt dans la journée par des responsables du Hamas, puis confirmée par Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité Palestinienne. Elle a été corroborrée par l'Etat hébreu. Le cessez-le-feu entre en vigueur à 18 heures, heure française.   

Scènes de liesse à Gaza

Des tirs de joie retentissent à Gaza, pour célébrer l'arrêt des combats. Les muezzins retentissent se font entendre dans les mosquées, où résonnent des louanges à Dieu. Dans les rues, au milieu des célébrations, Maha Khaled, une mère de famille de 32 ans a lâché "Dieu merci, la guerre est finie". "Je n'arrive pas à croire que je suis encore en vie, avec mes enfants. Cette guerre a été très dure et on ne croyait plus que la paix arriverait", a-t-elle ajouté.

Deux enfants brandissent des armes pour célébrer le cessez-le-feu dans les rues de Gaza, mercredi 26 août. 
Deux enfants brandissent des armes pour célébrer le cessez-le-feu dans les rues de Gaza, mercredi 26 août.  (MAHMUD HAMS / AFP)

Le cessez-le-feu s'annonce historique, notamment parce qu'il devrait aboutir à la levée du blocus de la bande de Gaza. 

La levée du blocus de Gaza, mis en place en 2006 

Cet accord prévoit l'ouverture de passages pour permettre l'acheminement d'aide humanitaire et la reconstruction de l'enclave palestinienne. Le document prévoit surtout "la levée du blocus de la bande de Gaza" mis en place par Israël en 2006, selon un haut responsable palestinien, cité par l'AFP.

Il s'agissait de la principale exigence des Palestiniens lors des négociations. L'enclave palestinienne asphyxiait, souffrant tant du manque d'eau, que de carburant et d'aides humanitaires. L'accord prévoit aussi un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée.

Une victoire pour le Hamas ? 

Dans un second temps, un mois après l'arrêt des combats, Israéliens et Palestiniens devraient entamer des négociations sur la construction d'un port à Gaza et sur la libération de membres du Hamas détenus par Israël en Cisjordanie occupée, ont ajouté les responsables palestiniens au Caire, selon France Inter.

"Nous sommes parvenus à réaliser ce que toutes les armées arabes n'ont pas réussi à faire", a indiqué lors d'une conférence de presse un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, en référence aux précédentes défaites arabes face à Israël.

Moussa Abou Marzouq, le numéro deux du Hamas en exil qui participait à ces négociations, a indiqué sur sa page Facebook que l'accord était "une victoire pour la résistance", en référence aux groupes armés dans la bande de Gaza. Depuis le début de la guerre le 8 juillet, les violences ont fait plus de 2 130 morts côté palestinien et 68 côté israélien.

Toujours des roquettes sur Israël ?

Du côté israélien, les sirènes qui avertissent les habitants des tirs de roquettes continuent de se faire entendre après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu. La porte-parole de l'armée israélienne a déclaré que Tsahal vérifiait en ce moment qu'aucune roquette n'avait été tirée l'Etat hébreu.