Israël : Nétanyahou et Gantz, anciens rivaux devenus alliés, échouent à former un gouvernement

Une affiche représentant Benny Gantz (à gauche) et Benyamin Nétanyahou à Tel Aviv (Israël), lors de la campagne pour les élections législatives, le 17 février 2020.
Une affiche représentant Benny Gantz (à gauche) et Benyamin Nétanyahou à Tel Aviv (Israël), lors de la campagne pour les élections législatives, le 17 février 2020. (AMMAR AWAD / REUTERS)

L'Etat hébreu, dirigé par un gouvernement de transition depuis 16 mois, a déjà organisé trois élections législatives depuis avril 2019. 

Les tractations pour former un nouveau gouvernement ont une nouvelle fois échoué en Israël, dont la vie politique semble plongée dans un jour sans fin. Cette fois, ce sont le Premier ministre Benyamin Nétanyahou et son ex-rival Benny Gantz qui n'ont pas réussi à s'entendre sur un gouvernement "d'union et d'urgence" face à la crise du coronavirus. L'ultimatum qui leur avait été accordé a expiré jeudi 16 avril à minuit (heure locale).

C'est à Benny Gantz que le président israélien Reuven Rivlin avait accordé un mandat pour former un nouveau gouvernement, après des élections législatives très serrées le 2 mars. A la surprise générale, celui qui s'opposait jusque-là à Benyamin Nétanyahou, l'accusant notamment de corruption, avait accepté de s'allier à l'actuel Premier ministre et à lui laisser son poste au sein d'un gouvernement commun.  Reuven Rivlin avait accordé 48 heures supplémentaires à Benny Gantz pour poursuivre les négociations. En vain.

Le procès de Nétanyahou au cœur des désaccords

Son camp et celui de Benyamin Nétanyahou ne sont notamment pas parvenus à s'entendre sur le choix du futur ministre de la Justice, qui sera aux commandes pendant le procès de l'actuel chef du gouvernement, poursuivi pour corruption, malversation et abus de confiance dans trois affaires. Un procès reporté à cause de la pandémie de Covid-19. Des désaccords ont également persisté sur le poste de ministre de la Défense et sur le projet d'annexion de la Vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée.

Jeudi matin, le président israélien a chargé le Parlement de trouver parmi les députés, et d'ici trois semaines, un nouveau candidat pour tenter de former un gouvernement et sortir Israël d'une crise politique sans précédent. Le pays, dirigé par un gouvernement de transition depuis 16 mois, a déjà organisé trois élections législatives depuis avril 2019. Des éditorialistes israéliens estiment que Benyamin Nétanyahou pourrait avoir décidé de jouer l'attentisme pour conserver le pouvoir dans l'attente d'une possible quatrième élection.

Vous êtes à nouveau en ligne