A Gaza, 160 raids aériens menés par Israël durant la nuit

Un enfant emporte ses affaires après la destruction de sa maison à Gaza par un raid israélien, le 9 juillet 2014.
Un enfant emporte ses affaires après la destruction de sa maison à Gaza par un raid israélien, le 9 juillet 2014. (MOHAMMED SALEM / REUTERS)

L'opération "Bordure de protection", en réponse à la poursuite des tirs de roquettes sur l'Etat hébreu, s'est intensifiée. Près de 28 Palestiniens sont morts en trois jours.

Pas de répit à Gaza. L'aviation israélienne a mené 160 raids dans la bande de Gaza contre le Hamas durant la nuit de mardi à mercredi 9 juillet, en réponse à la poursuite de tirs de roquettes vers Israël. Ces nouvelles opérations "portent à 430 le nombre d'attaques aériennes depuis le début de l'opération 'Bordure de protection'", selon le porte-parole de l'armée. Il précise que 120 sites de lancement de roquettes, 10 postes de commandement du Hamas et de "nombreux tunnels" ont été visés.

Le Hamas a revendiqué des tirs de roquettes contre Jérusalem et Tel-Aviv, mardi, en réaction à une vaste offensive israélienne contre le mouvement islamiste palestinien qui a fait au moins 28 morts : 24 personnes, dont cinq enfants, sont mortes mardi lors de raids aériens sur Gaza et les forces israéliennes ont tué quatre militants du Hamas qui avaient attaqué une base juste au nord de la bande de Gaza. Une offensive de l'Etat hébreu qui a aussi fait plus de 150 blessés. 

Le Hams dénonce "un crime de guerre"

La frappe la plus meurtrière a détruit mardi en début d'après-midi une maison à Khan Younès, dans le sud du territoire palestinien, faisant 8 morts, dont un enfant de 8 ans et deux adolescents, ainsi qu'au moins 25 blessés. Selon des témoins, un drone a lancé une fusée éclairante en signe d'avertissement. Pour tenter de dissuader l'aviation, des proches et des voisins se sont alors rassemblés dans la maison, mais un chasseur F-16 a tiré un missile.

Le Hamas a dénoncé un "crime de guerre horrible" et prévenu que "tous les Israéliens" étaient désormais "des cibles légitimes".

REUTERS

Cette offensive aérienne est la plus violente menée par l'armée israélienne depuis novembre 2012. Une escalade de la violence qui a été enclenchée le 12 juin par l'enlèvement et le meurtre de trois étudiants israéliens en Cisjordanie, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif la semaine dernière.

Vous êtes à nouveau en ligne