Accord entre Israël et les Emirats : la France salue la décision de "suspendre l'annexion des territoires palestiniens"

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, quitte l\'Elysée, le 22 juillet 2020.
Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, quitte l'Elysée, le 22 juillet 2020. (NICOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

Plus tôt dans la soirée, les Etats-Unis ont annoncé que les Emirats arabes unis et Israël avaient conclu sous leur égide un "accord de paix historique".

La France salue la décision de "suspendre l'annexion des territoires palestiniens", dans le cadre de l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis, conclu sous l'égide des Etats-Unisa déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué paru jeudi 13 août au soir. Il a également appelé de ses vœux "la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens en vue de l'établissement de deux Etats (...) pour permettre une paix juste et durable dans la région".

 Israël va "reporter" l'annexion de pans de territoire en Cisjordanie. Le pays n'a néanmoins pas "renoncé" à ces territoires dont il souhaite l'annexion, a précisé jeudi soir le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, contrairement à ce que laissaient entendre plus tôt les Emirats arabes unis.

 Les dirigeants palestinients rejettent l'accordL'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a rejeté l'accord de paix, le qualifiant de "trahison" de la cause palestinienne. Elle a également rappelé son ambassadeur à Abou Dhabi, et appelé à une "réunion d'urgence" de la Ligue arabe pour le dénoncer.  La normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis "ne sert pas la cause palestinienne", a aussi dénoncé rapidement le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

 Des accords bilatéraux seront signés dans les prochaines semainesDes délégations israéliennes et des Emirats doivent se rencontrer dans les semaines à venir pour signer des accords bilatéraux portant sur l'investissement, le tourisme, des liaisons aériennes directes, la sécurité, les télécommunications et d'autres sujets, peut-on lire dans la déclaration (en anglais) des trois pays

Vous êtes à nouveau en ligne