Israël-Palestine : des soldats israéliens ont pénétré dans la bande de Gaza, assure l'armée

Des secouristes palestiniens inspectent les débris d\'un édifice détruit par une frappe de l\'armée israélienne, le 13 mai 2021 à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza.
Des secouristes palestiniens inspectent les débris d'un édifice détruit par une frappe de l'armée israélienne, le 13 mai 2021 à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza. (QUSAY DAWUD / AFP)

"L'aviation israélienne et des troupes au sol mènent actuellement une attaque dans la bande de Gaza", a déclaré l'armée de l'Etat hébreu dans un bref message. 

L'escalade militaire s'intensifie entre le Hamas et Israël. Des troupes israéliennes ont pénétré dans la bande de Gaza, dans le cadre de l'opération militaire en cours contre le mouvement islamiste palestinien, a annoncé Tsahal dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 mai"L'aviation israélienne et des troupes au sol mènent actuellement une attaque dans la bande de Gaza", a déclaré l'armée dans un bref message. Interrogé par l'AFP, le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, a confirmé que des soldats israéliens étaient entrés dans l'enclave palestinienne. Suivez notre direct.

 Au moins 100 morts à Gaza. Les affrontements entre le Hamas et l'Etat hébreu ont fait plus de 100 morts dans la bande de Gaza, ont indiqué les autorités locales jeudi. Le ministère de la Santé dans l'enclave palestinienne a fait état de 103 morts, dont 27 enfants, et de 580 blessés depuis le début des frappes aériennes israéliennes lundi soir. Du côté de l'Etat hébreu, les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait sept morts et plusieurs dizaines de blessés. 

 Des tirs visant des personnes juives à Lod. Dans cette ville israélienne, théâtre ces derniers jours de violents affrontements, "il y a eu des tirs en direction d'un groupe de Juifs. Il y a eu un blessé, la police cherche des suspects", a déclaré jeudi un porte-parole de la police israélienne. 

L'Elysée réagit. Emmanuel Macron a "fermement condamné les tirs revendiqués par le Hamas et d'autres groupes terroristes" vers Israël, lors d'un entretien avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré l'Elysée dans un communiqué jeudi. Tout en lui présentant "ses condoléances" pour les "nombreuses pertes de civils palestiniens résultant des opérations militaires et des affrontements en cours avec Israël", le président de la République a demandé à Mahmoud Abbas "d'user de tous les moyens de son influence pour que le calme soit rétabli au plus vite".

Des manifestations interdites samedi à Paris. Toutes les manifestations en lien avec les événements en Israël et en Palestine, prévues samedi, seront interdites, a appris France Télévisions auprès d'une source à la préfecture de police, jeudi. Un peu plus tôt, le ministre de l'Intérieur avait annoncé sur Twitter avoir demandé au préfet de police d’interdire ces rassemblements. "De graves troubles à l’ordre public furent constatés en 2014", a rappelé Gérald Darmanin. 

  Le Hamas affirme avoir lancé une roquette un aéroport israélien. Le mouvement islamiste a affirmé, jeudi, avoir lancé une énorme roquette d'une portée de 250 km en direction du second aéroport d'Israël et appelé les transporteurs aériens à "suspendre" tous leurs vols vers l'Etat hébreu. Au cours des dernières heures, des vols à destination de l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv avaient été déroutés vers l'aéroport Ramon, près d'Eilat, dans le sud du pays, en direction duquel le mouvement islamiste dit avoir lancé cette roquette. 

Israël intensifie ses raids aériens. L'aviation israélienne continue de frapper la bande de Gaza, enclave palestinienne peuplée de deux millions d'habitants, et cible le mouvement islamiste Hamas, qui y détient le pouvoir. Elle a bombardé des locaux liés aux opérations de "contre-renseignement" du mouvement et la résidence d'Iyad Tayeb, un commandant du parti. L'aviation israélienne a par ailleurs pulvérisé une tour de plus de dix étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne Al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas.

Près de 1 500 roquettes tirées depuis la bande de Gaza. Le bilan a été annoncé par l'armée israélienne jeudi. Selon Tsahal, le tir de 350 roquettes a "échoué" alors que des centaines d'autres ont été interceptées par le bouclier antimissiles israélien. Mercredi, le Hamas a déclaré dans un communiqué avoir lancé plus d'une centaine de roquettes vers trois villes d'Israël (Ashkelon, Netivot, Sderot).

La communauté internationale appelle au calme. Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, s'est entretenu mercredi soir avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour demander la fin des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël. Washington a par ailleurs annoncé l'envoi d'un émissaire en Israël et dans les territoires palestiniens pour exhorter à la "désescalade".

Echanges entre Joe Biden et Benyamin Nétanyahou. Le président américain s'est également entretenu mercredi par téléphone avec le Premier ministre israélien. "Mon espoir est que la situation soit résolue aussi rapidement que possible, mais Israël a le droit de se défendre quand des milliers de roquettes sont tirées vers son territoire", a déclaré Joe Biden à l'issue de cet entretien.

Vous êtes à nouveau en ligne