Accord entre Israël et les Emirats : Emmanuel Macron "salue une décision courageuse"

Le président français, Emmanuel Macron, lors d\'un discours à Beyrouth, au Liban, le 6 août 2020.
Le président français, Emmanuel Macron, lors d'un discours à Beyrouth, au Liban, le 6 août 2020. (THIBAULT CAMUS / POOL / AFP)

Cet accord, qui doit normaliser les relations entre Israël et les Emirats ferait d'Abou Dhabi la troisième capitale arabe seulement à suivre ce chemin depuis la création de l'Etat hébreu.

Emmanuel Macron a salué vendredi 14 août "la décision courageuse des Émirats arabes unis", au lendemain d'un accord de normalisation des relations entre ce pays et Israël, négocié par les Etats-Unis.

"(Je) souhaite qu'elle contribue à l'établissement d'une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens", a poursuivi le chef de l'Etat français dans un tweet, en précisant l'avoir "dit au Président Trump, au Premier ministre Netanyahou et au Prince héritier Mohamed bin Zayed".

L'Iran et la Turquie opposées à l'accord. Cet accord est une "stupidité stratégique d'Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l'axe de résistance dans la région", a réagi vendredi le ministère iranien des Affaires étrangères. La Turquie a de son cpoté accusé les Emirats arabes unis de "trahir la cause palestinienne".

 Divergences sur l'annexion de la Cisjordanie par Israël. Aux yeux des Emirats, en échange de cet accord, Israël a accepté de "mettre fin à la poursuite de l'annexion des territoires palestiniens". Mais Benyamin Nétanyahou n'a pas confirmé, loin de là : l'annexion de pans de ce territoire palestinien occupé est "reportée" mais Israël n'y a "pas renoncé". Le projet "n'est pas écarté définitivement", a avancé pour sa part l'ambassadeur américain en Israël, David Friedman.

 Les dirigeants palestiniens rejettent l'accord. L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a rejeté l'accord de paix, le qualifiant de "trahison" de la cause palestinienne. Elle a également rappelé son ambassadeur à Abou Dhabi et appelé à une "réunion d'urgence" de la Ligue arabe pour le dénoncer. La normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis "ne sert pas la cause palestinienne", a aussi dénoncé rapidement le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Vous êtes à nouveau en ligne