Cisjordanie : 77 Palestiniens blessés par des tirs israéliens en 24 heures

Des Palestiniens transportent l\'un des leurs, blessés dans un accrochage avec l\'armée israélienne, le 4 octobre 2015 à Jenin (Cisjordanie).
Des Palestiniens transportent l'un des leurs, blessés dans un accrochage avec l'armée israélienne, le 4 octobre 2015 à Jenin (Cisjordanie). (ABED OMAR QUSINI / REUTERS)

Ce décompte a été effectué par le Croissant-Rouge palestinien. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé dimanche qu'Israël "menait un combat jusqu'à la mort contre le terrorisme palestinien".

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré "l'état d'urgence". Au moins 77 Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens en 24 heures, selon le décompte donné dimanche 4 octobre par l'ONG. "Il y a eu 18 blessés par balles réelles et 59 autres par des balles en caoutchouc", a précisé la porte-parole Errab Foqaha.

Elle a ajouté que 139 Palestiniens avaient été traités après avoir inhalé du gaz lacrymogène et six autres après avoir été battus par des soldats ou des colons israéliens, qui ont, depuis samedi, multiplié les exactions dans des villages palestiniens de Cisjordanie, après l'assassinat d'un couple de colons jeudi et une attaque au couteau samedi soir à Jérusalem.

L'autorité palestinienne dénonce "une escalade de la violence des colons"

Cette situation pourrait déboucher sur un embrasement, après deux attaques menées par des Palestiniens qui ont fait deux morts du côté israélien à Jérusalem. Le porte-parole des services de sécurité palestiniens, Adnane al-Damiri, a dénoncé une hausse des attaques de colons.

"Cette escalade de la violence des colons est clairement faite sous la protection du gouvernement israélien, car ils ne pourraient pas mener de telles attaques sans être couverts par leur gouvernement", a-t-il déclaré à l'AFP. Face à cette "escalade", les responsables des services de sécurité palestiniens se réuniront lundi avec le Premier ministre Rami Hamdallah et le président Mahmoud Abbas.

La tension ne devrait pas retombé de sitôt. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé dimanche qu'Israël "menait un combat jusqu'à la mort contre le terrorisme palestinien", et ordonné des mesures sévères après les meurtres de deux Israéliens à Jérusalem. "Ces mesures incluent notamment l'accélération des démolitions des maisons des terroristes", a-t-il dit dans un discours, selon une vidéo diffusée par le site d'information israélien Ynet.

Vous êtes à nouveau en ligne