Israël : Benjamin Nétanyahou convoque des élections anticipées

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, le 1er décembre 2014 à Jérusalem.
Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, le 1er décembre 2014 à Jérusalem. (BAZ RATNER / AFP)

Le Premier ministre a limogé, mardi, deux ministres centristes avec qui il était en désaccord.

La crise politique se poursuit en Israël, et devrait déboucher sur des élections législatives anticipées. Le Premier ministre, Benjamin Nétanyahou, a limogé, mardi 2 décembre, deux ministres centristes jugés trop critiques et a appelé à un scrutin anticipé.

Les deux principaux frondeurs de son gouvernement, le ministre des Finances Yaïr Lapid, figure du centre-droit et champion de la classe moyenne, et la ministre de la Justice Tzipi Livni, qui incarne le centre-gauche, ont été remerciés. "Au cours des dernières semaines, M. Lapid et Mme Livni ont rudement attaqué le gouvernement que je dirige (...). Je ne tolérerai aucune opposition au sein de mon gouvernement", a déclaré dans un communiqué le Premier ministre. La situation politique est très tendue en Israël depuis plusieurs semaines, notamment en raison d'un projet de loi controversé visant à renforcer le caractère "juif" de l'Etat hébreu.

Des élections en mars ou avril 2015

Mercredi, la Knesset, le Parlement israélien, commencera à examiner un projet de loi de dissolution. La procédure pourrait s'achever le jour même ou lundi, selon la radio publique.

Si Benyamin Nétanyahou souhaite autant de nouvelles élections en mars ou avril 2015, c'est que les sondages lui semblent favorables. Il pourrait même, selon les experts, se ménager une coalition gouvernementale moins turbulente que l'actuelle, en s'élargissant à sa droite, du côté des ultra-nationalistes et des formations religieuses. "Les partis de droite ont la majorité selon les sondages, ce qui signifie qu'il y a de grandes chances que M. Nétanyahou conserve son poste", estime le politologue Abraham Diskin.

Vous êtes à nouveau en ligne