Irak : huit roquettes s'abattent sur une base abritant des troupes américaines à Bagdad, Washington dénonce "une nouvelle attaque"

Le secrétaire d\'Etat américain Mike Pompeo, le 10 janvier 2020, à Washington DC. 
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 10 janvier 2020, à Washington DC.  (YASIN OZTURK / AFP)

L'attaque, dont l'origine reste pour l'heure indéterminée, n'a pas fait de victime chez les troupes américaines mais a blessé quatre Irakiens. 

Huit roquettes, d'origine indéterminée, se sont abattues, dimanche 12 janvier, sur une base abritant des soldats américains au nord de Bagdad (Irak). Quatre Irakiens ont été blessés. L'attaque n'a pas fait de victime chez les troupes américaines, indiquent des sources militaires irakiennes.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'est dit "indigné par les informations sur une nouvelle attaque à la roquette contre une base aérienne irakienne". "Ces violations répétées de la souveraineté de l'Irak par des groupes opposés au gouvernement irakien doivent cesser", a-t-il déclaré sur Twitter. 

Un contexte tendu entre Téhéran et Washington

Depuis plusieurs semaines, les positions américaines en Irak sont la cible de tirs de roquettes, notamment dans la "zone verte" de Bagdad, qui abrite l'ambassade américaine. Surtout, deux bases militaires abritant des troupes de l'US Army ont été visées par des missiles iraniens, dans la nuit du 7 au 8 janvier, en représailles à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué par un raid américain.

Craignant un embrasement entre Téhéran et Washington, la communauté internationale a appelé à une désescalade. Malgré une tension toujours importante et de nombreuses mises en garde réciproques, les deux puissances ont joué la carte de l'apaisement. 

Vous êtes à nouveau en ligne