Gaza. La carte des points stratégiques

Alors que l'opération lancée par Israël dans la bande de Gaza continue, francetv info revient sur les zones les plus sensibles du conflit.

12345678

Après le lancement par Israël de l'opération "Pilier de défense" dans la bande de Gaza, mercredi 14 novembre, francetv info revient sur les zones les plus sensibles du conflit.

1Gaza City et le gouvernorat de Nord-Gaza

Population : 766 655 habitants en 2007, selon l'office palestinien des statistiques (PDF).

Pourquoi c'est stratégique : cette zone, qui est la plus urbanisée de la bande de Gaza, est aussi la plus densément peuplée. Gaza City compte ainsi plus de 9 980 habitants au km².

Ce secteur compte également trois postes-frontières, dont celui d'Erez, au nord. Fermé depuis le début de l'opération "Pilier de défense", il était le seul à permettre le transit de personnes entre Israël et Gaza.

2Gouvernorat de Deir Al-Balah

Population : 205 534 habitants en 2007, selon l'office palestinien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : si cette zone est essentiellement agricole, Al Jazeera explique que la ville de Deir Al-Balah est un bastion des brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas visée par Israël.

3 Gouvernorat de Rafah

Population : 173 371 habitants en 2007, selon l'office palestinien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : c'est ici que se trouve le poste-frontière de Rafah, qui donne sur l'Egypte. Il a réouvert en mai 2011, après la chute d'Hosni Moubarak. Le seul aéroport de Gaza se trouvait également dans cette zone, mais il a été détruit en 2001 par l'armée israélienne.

4Sdérot

Population : 20 700 habitants fin 2009, selon l'office israélien des statistiques (PDF).

Pourquoi c'est stratégique : il s'agit de la ville israélienne la plus proche de la bande de Gaza, puisqu'elle se situe à moins de 3 km de Beit Hanoun, de l'autre côté de la frontière. Sa localisation en fait donc une cible privilégiée pour la branche armée du Hamas.

L'armée israélienne indique qu'en raison de sa proximité avec les zones de tirs, les habitants de Sdérot ne sont prévenus par une sirène de l'arrivée d'une roquette que 15 secondes avant l'impact.

5Ashkelon et Ashdod

Population : 111 900 habitants pour Ashkelon et 206 400 pour Ashdod, fin 2009, selon l'office israélien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : ces deux villes, bien plus peuplées que Sdérot, sont à portée des roquettes artisanales Qassam, ainsi que des missiles Grad.

6Tel Aviv

Population : 403 700 fin 2009, selon l'office israélien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : il s'agit du centre économique et financier du pays, épargné par les roquettes depuis 1991 et la fin de la guerre du Golfe. On pensait Tel Aviv trop éloignée de la bande de Gaza pour être concernée par les tirs, mais plusieurs frappes ont réussi à atteindre les environs de la ville, jeudi 15 et vendredi 16 novembre.

Il s'agirait de missiles Fajr-5, produits par l'Iran et d'une portée de 75 km, selon le journaliste du Figaro Georges Malbrunot. Le Djihad islamique, basé dans la bande de Gaza et proche de Téhéran, a ainsi revendiqué un tir de roquette de ce type, jeudi 15 novembre au soir.

7Jérusalem

Population : 773 000 fin 2009, selon l'office israélien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : vendredi 16 novembre, une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à 65 km de là, a atteint une zone inhabitée de la banlieue de Jérusalem. Le quotidien israélien Haaretz note qu'il s'agit d'une première : depuis 1970, la ville sainte pour les trois principaux monothéismes n'avait jamais été visée.

La branche armée du Hamas, les brigades Al-Qassam, a revendiqué le tir sur "Jérusalem occupée". Selon les informations du Jerusalem Post, la roquette utilisée serait une M-75, version améliorée des missiles Qassam utilisés par le Hamas, et dont la portée ne dépasse habituellement pas les 20 km.

8Beer Sheva

Population : 194 300 habitants fin 2009, selon l'office israélien des statistiques.

Pourquoi c'est stratégique : il s'agit du centre administratif du sud d'Israël, dans lequel se trouve également l'une des principales universités du pays et un important hôpital.

Situé à environ 25 km de la bande de Gaza, Beer Sheva est, comme Ashkelon et Ashdod, à portée des roquettes artisanales Qassam, ainsi que des missiles Grad.

Vous êtes à nouveau en ligne