VIDEO. Condamnations à mort en Irak de jihadistes français : "L'État de droit irakien doit être respecté", selon Nicolas Bay

franceinfo

Pour Nicolas Bay, député RN au Parlement européen, invité sur franceinfo lundi 3 juin, il n'y a pas lieu de s'indigner de la condamnation à mort des jihadistes français en Irak, alors que 44 avocats publient une tribune pour interpeller sur leur sort.

Quarante-quatre avocats ont publié lundi 3 juin une tribune sur franceinfo.fr pour dénoncer les condamnations à mort des jihadistes français en Irak. "Ils savaient ce qu'ils risquaient", déclare sur franceinfo Nicolas Bay, député RN au Parlement européen (co-président du groupe ENL).

Ils se sont exposés à se voir appliquer la peine de mort. C'est l'État de droit irakien qui doit être respecté. Ce n'est pas être pour la peine de mort mais respecter le processus judiciaire d'un pays souverain.

Nicolas Bay

à franceinfo

"Identifiés comme participant aux combats de Daech, commettant les pires atrocités sur le sol irakien ou syrien, ils auraient dû être déchus de leur nationalité française pour avoir retourné les armes contre notre pays", ajoute Nicolas Bay, qui cite la Grande-Bretagne en exemple. "Elle a prononcé des déchéances de nationalité pour des personnes identifiées", indique-t-il.

"Qu'il y ait un processus judiciaire pour acter cette déchéance de nationalité, je n'y suis pas opposé, poursuit l'eurodéputé. Mais cela n'a pas été fait. Résultat, ils sont de nationalités françaises." La France a signé des accords qui l'empêchent de créer des apatrides. "Il y a beaucoup de pays qui n'ont pas ces complexes-là. On peut très bien être opposé à la peine de mort en France, mais ce n’est pas pour cela qu’on va exiger que cette règle soit appliquée partout dans le monde. Il y a quand même des limites. Je souhaite que le processus judiciaire irakien soit respecté."

Vous êtes à nouveau en ligne