Irak : les jihadistes français doivent-ils échapper à la peine capitale ?

FRANCE 2

Deux Français ont été condamnés à mort en Irak pour leur appartenance à l'État islamique. Neuf autres jihadistes avaient déjà été condamnés à mort par les tribunaux irakiens. 44 avocats ont signé une tribune pour dénoncer "l'immense déshonneur", que représenterait pour la France l'exécution de ces peines. 

11 Français, partis en Syrie pour rejoindre Daech, viennent d'être condamnés à mort en Irak. La sentence, la mort par pendaison, a été prononcée dans un tribunal de Bagdad. Des condamnations qui choquent certains avocats français. 40 d'entre eux ont signé une tribune pour protester contre ces condamnations à la peine capitale. "C'est un déshonneur pour la France", explique Me William Bourdon, l'un des avocats signataires de cette tribune. 

Pas de rapatriement en France

La France avait accepté le transfert de ces jihadistes vers l'Irak depuis la Syrie. Elle réaffirme aujourd'hui sa position. Il n'est pas question d'organiser leur rapatriement à Paris, mais tout sera fait pour éviter l'exécution de la peine capitale. "Nous réalisons de nombreuses démarches à l'attention du gouvernement irakien pour que la peine de mort soit commuée en peine de prison à perpétuité", précise Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement. Les 11 jihadistes français ont un mois pour faire appel du jugement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne