Egypte. En un mois, l'armée tue 32 "criminels" dans le Sinaï

Le colonel Ahmad Mohammed Ali, porte-parole de l\'armée, annonce la mort de 32 \"criminels\" dans le Sinaï, le 8 septembre 2012.
Le colonel Ahmad Mohammed Ali, porte-parole de l'armée, annonce la mort de 32 "criminels" dans le Sinaï, le 8 septembre 2012. (AFP)

L'armée a lancé une vaste opération, après une attaque lqui avait tué 16 garde-frontières égyptiens le 5 août dernier. 

En un mois, 32 "éléments criminels" ont été tués dans le Sinaï, a annoncé samedi 8 septembre l'armée égyptienne. Elle a engagé une opération d'envergure pour sécuriser cette région frontalière d'Israël.

Ces opérations ont été engagées après une attaque à proximité de la frontière avec Israël et la bande de Gaza par des hommes armés, qui avait coûté la vie à 16 garde-frontières égyptiens le 5 août dernier.

Un porte-parole militaire a ajouté devant la presse que 38 personnes, comprenant des "non-Egyptiens", avaient été arrêtées durant "l'opération Sinaï" lancée le 7 août."L'opération va continuer jusqu'à ce qu'elle ait atteint ses objectifs, qui ne sont pas uniquement militaires mais visent aussi à développer le Sinaï", une des régions les plus déshéritées d'Egypte, a-t-il déclaré.

Le porte-parole a assuré que le déploiement militaire dans cette nouvelle poudrière du Proche-Orient dont les accords de paix israélo-égyptiens de 1979 prévoient la démilitarisation se faisait en "coordination" avec l'Etat hébreu. Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a exprimé le 30 août dernier l'espoir que l'armée égyptienne retire les renforts déployés dans le Sinaï une fois cette opération achevée. "S'il faut que les Egyptiens fassent entrer des forces dans le Sinaï, qu'ils le fassent et qu'ils les retirent une fois cette opération terminée, je pense que c'est ainsi qu'ils agiront, mais on verra", avait dit Ehud Barak.

Le porte-parole a ajouté que 31 tunnels reliant clandestinement l'enclave palestinienne de Gaza au territoire égyptien avaient été détruits dans ces opérations, qui ont également permis aux forces égyptiennes de saisir des armes automatiques ainsi que des lance-roquettes et leurs munitions.