Violences en Irak en marge des élections législatives

Les forces de sécurité irakiennes à l\'entrée d\'un bureau de vote à Bagdad, le 30 avril 2014.
Les forces de sécurité irakiennes à l'entrée d'un bureau de vote à Bagdad, le 30 avril 2014. (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

Pourtant, les forces de sécurité sont déployées en nombre pour prévenir tout attentat, mardi 30 avril, jour de scrutin. 

Quelque 20 millions d'électeurs sont appelés à choisir 328 députés parmi plus de 9 000 candidats. Mercredi 30 avril, les premières élections législatives en Irak depuis le départ des troupes américaines ont été marquées par plusieurs attaques. Ces violences ont fait au moins 11 morts et 26 blessés. 

Dans un village proche de la ville de Kirkouk, dans le nord du pays, un attentat a tué deux membres de la commission électorale et fait deux blessés. Au nord de Bagdad, des insurgés se sont emparés d'un bureau de vote qu'ils ont détruit à l'aide d'explosifs après avoir évacué les employés et les électeurs présents. Pourtant, les forces de sécurité sont déployées en nombre pour prévenir tout attentat. Et les voitures ont interdiction de circuler dans Bagdad depuis mardi soir.

Le Premier ministre Nouri Al-Maliki, qui espère un troisième mandat, a déclaré aux journalistes être "sûr de la victoire". Il est donné favori, malgré un bilan très critiqué notamment pour n'avoir pas résolu les problèmes du chômage et de la corruption, ni remédié au piètre état des services publics. En outre, le pays reste plongé dans les violences qui font chaque jour, en moyenne, 25 victimes depuis le début de l'année.

Vous êtes à nouveau en ligne