Campagne de Sarkozy en 2007 : un ex-proche d'un fils de Kadhafi décrit le circuit de l'argent libyen

L\'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et l\'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007 au palais de l\'Elysée, à Paris.
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007 au palais de l'Elysée, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Selon Mohammed Ismail, ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi, une partie des fonds a transité par le Liban. 

Les révélations viennent de l'ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, l'ex-dictateur libyen. Dans un courriel adressé au site d'information Mediapart (lien pour abonnés), Mohammed Ismail décrit, vendredi 21 juin, le circuit bancaire utilisé, selon lui, par le régime libyen pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Son récit intervient alors qu'une information judiciaire a été ouverte en avril, à la suite des allégations de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui a dit avoir des preuves du financement par la Libye de la première campagne présidentielle de l'ex-chef de l'Etat. Celui-ci a toujours démenti.

"Au sujet du financement de la campagne, une partie des fonds a transité par la North Africa Commercial Bank, à Beyrouth, et, à partir de là, vers un compte bancaire en Allemagne relié à Ziad [Takieddine] ; d'autres montants ont été canalisés par l'entremise de comptes bancaires au Panama et en Suisse", estime Mohammed Ismail, qui vit actuellement dans la clandestinité. Ancien homme clé du régime de Kadhafi, il avait déjà, en 2012, transmis à Mediapart la retranscription du premier échange téléphonique officiel entre Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, une fois le premier élu président de la République. 

Dans son courriel, Mohammed Ismail souligne aussi que "l'accord" pour libérer les infirmières bulgares en 2007 "impliquait l'achat par la Libye d'un réacteur nucléaire d'Areva, et l'approvisionnement de l'armée libyenne en missiles Milan". "Des fonds ont été transférés en Suisse", ajoute-t-il. De son côté, dans l'émission "Complément d'enquête" diffusée jeudi sur France 2, Moftah Missouri, diplomate libyen et interprète personnel de Mouammar Kadhafi, a affirmé que l'ancien "Guide" avait versé "une vingtaine de millions de dollars" à Nicolas Sarkozy, à l'occasion de sa campagne électorale.

 

Vous êtes à nouveau en ligne