Le convoi de Ban Ki-moon reçu à Gaza à coups de bâtons

Le véhicule qui transportait le secrétaire général de l\'ONU, Ban Ki-moon, a été attaqué par des manifestants à l\'entrée de la bande de Gaza, jeudi 2 février 2012.
Le véhicule qui transportait le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a été attaqué par des manifestants à l'entrée de la bande de Gaza, jeudi 2 février 2012. (MOHAMMED ABED / AFP)

Le secrétaire général de l'ONU a été chahuté par des manifestants qui lui reprochaient de ne pas rendre visite aux familles de prisonniers palestiniens en Israël.

En visite dans la bande de Gaza, jeudi 2 février, Ban Ki-moon a été quelque peu chahuté. Le convoi du secrétaire général de l'ONU a essuyé des coups de bâtons ainsi que des jets de chaussures et de pierres de manifestants palestiniens.

Ceux-ci protestaient contre le fait que le chef des Nations unies ne rencontre pas de familles de Palestiniens détenus par Israël lors de sa visite. Le convoi se rendait vers Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où Ban Ki-moon devait visiter une école et un projet de logements financé par le Japon.

Francetv info avec AFP

"L'attitude de M. Ban n'est ni morale ni humaine", s'est indigné le porte-parole de familles de prisonniers. Alors que plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées, certaines brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, en anglais, "Ban Ki-moon, le parti pris pour Israël, ça suffit". 

"Gestes de bonne volonté"

Le réseau des ONG palestiniennes à Gaza avait demandé en vain mercredi à Ban Ki-moon de rencontrer les familles des prisonniers, des victimes de frappes israéliennes et des groupes touchés par le blocus israélien. Quelque 5 000 Palestiniens sont actuellement détenus en Israël et leur libération est un sujet extrêmement sensible pour les Palestiniens.

Le secrétaire général de l'ONU a pressé mercredi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu de faire "des gestes de bonne volonté" en direction des Palestiniens et d'alléger le blocus de Gaza, lors d'entretiens à Jérusalem. 

Vous êtes à nouveau en ligne