Liban : au moins cinq morts dans un attentat à Beyrouth

Des voitures en feu après un attentat à la voiture piégée, le 2 janvier 2014, à Beyrouth (Liban).
Des voitures en feu après un attentat à la voiture piégée, le 2 janvier 2014, à Beyrouth (Liban). ( AFP )

Une attaque à la voiture piégée dans un bastion du Hezbollah chiite de la capitale libanaise a aussi fait une vingtaine de blessés.

C'est la quatrième attaque visant ce bastion du Hezbollah chiite depuis juillet. Au moins cinq personnes ont été tuées, jeudi 2 janvier, dans un attentat à la voiture piégée dans la banlieue sud de Beyrouth (Liban). L'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth a condamné cet attentat "terroriste". Francetv info revient sur cette nouvelle explosion qui déstabilise la capitale libanaise.

Une attaque à la voiture piégée

Outre les cinq tués, plus de vingt personnes ont été blessées dans "l'explosion d'un 4x4 dans la rue très fréquentée d'Al-Aarid, dans le quartier de Haret Hreik", selon l'Agence nationale d'information libanaise. 

D'après la télévision du Hezbollah Al-Manar, l'attentat s'est produit "à 200 mètres du Conseil politique du Hezbollah". Mais la chaîne écarte que ce lieu précisément ait été ciblé : "L'attentat a visé sans discernement une zone résidentielle." Voici ses images.

AFP

Pour l'instant, l'acte n'a pas été revendiqué.

Des attentats de plus en plus fréquents

Cette explosion survient moins d'une semaine après un attentat à la voiture piégée dans lequel a été tué, le 27 décembre, à Beyrouth, un conseiller de l'ex-Premier ministre Saad Hariri. Mohammad Chatah était hostile au Hezbollah et au régime de Bachar Al-Assad, en Syrie voisine.

Plusieurs attentats ont frappé Beyrouth et le nord du Liban depuis juillet, visant en majorité des bastions du Hezbollah, dont les hommes combattent en Syrie contre les rebelles, aux côtés de l'armée du régime d'Al-Assad. Le 19 novembre, un double attentat-suicide revendiqué par un groupe lié à Al-Qaïda a visé l'ambassade d'Iran, allié de Damas, faisant 25 morts. Le 23 août, un double attentat à la voiture piégée contre deux mosquées sunnites à Tripoli a fait 45 morts. Le 15 août, 27 personnes ont péri dans un attentat à la voiture piégée dans le fief du Hezbollah à Beyrouth. Le 9 juillet, un attentat à la voiture piégée dans la même zone a fait une cinquantaine de blessés.

Le Liban dans l'engrenage du conflit syrien

La révolte contre le régime de Bachar Al-Assad, qui a débuté en mars 2011 en Syrie, n'a pas tardé à déborder au Liban. Des affrontements meurtriers ont éclaté trois mois plus tard à Tripoli (nord du Liban) entre des sunnites, partisans des rebelles, et des alaouites, une communauté issue du chiisme à laquelle appartient le président Bachar Al-Assad.

L'implication des combattants du mouvement chiite Hezbollah en Syrie aux côtés de l'armée loyaliste a attisé davantage les tensions confessionnelles au Liban, qui en outre accueille plus de 825 000 réfugiés syriens.

Vous êtes à nouveau en ligne