19 personnes ont été tuées et 35 blessées vendredi lors de manifestations pour réclamer la chute du régime

Manifestation à Damas (archives, 15 juillet 2011)
Manifestation à Damas (archives, 15 juillet 2011) (AFP / Youtube)

Comme chaque vendredi depuis la mi-mars, les opposants syriens ont défilé après la grande prière musulmane hebdomadaire.Les manifestations étaient inscrites cette semaine sous le slogan "Votre silence nous tue", adressé au reste du monde.

Comme chaque vendredi depuis la mi-mars, les opposants syriens ont défilé après la grande prière musulmane hebdomadaire.

Les manifestations étaient inscrites cette semaine sous le slogan "Votre silence nous tue", adressé au reste du monde.

"Où êtes-vous, défenseurs de la liberté?", ont interpellé des militants sur la page Facebook "The Syrian Revolution 2011", moteur de la mobilisation. Sur une autre page, "La colère de la Syrie", on peut lire: "Assez du silence... Votre silence est une balle dans nos poitrines."

Au moins 19 personnes ont été tuées et 35 autres blessées vendredi en Syrie, où des centaines de milliers de manifestants ont réclamé la chute du régime et dénoncé le silence de la communauté internationale face aux répressions, ont annoncé samedi des militants.

"Dix-neuf martyrs sont tombés vendredi", a annoncé l'Organisation nationale des droits de l'Homme, assurant que "les autorités syriennes (avaient) décidé de recourir à l'assassinat de manifestants lors de la journée placée sous le slogan 'Votre silence nous tue'".

"Une personne a été tué à Lattaquié (ouest), trois autres à Deir Ezzor (est) et deux dans la ville voisine de Boukamal", a déclaré Omar Qurabi, le président de l'organisation, affirmant disposer d'une liste nominative des personnes tuées. "Une personne est morte dans le quartier de Midane à Damas et sept autres dans la région de la capitale, dont cinq à Kessouah et deux à Douma. Trois autres ont péri à Deraa (sud), une dans un village du gouvernorat de Homs (centre) et une à Hama (centre)", a-t-il poursuivi.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de 12 civils tués et de 35 autres blessés dans la journée de vendredi.

Un jeune homme a été tué à l'un des barrages des forces de sécurité dans le quartier Qadam à Damas, et il y a eu un mort à Lattaquié, une à Deraa, une dans un village du gouvernorat de Homs, une autre à Deir Ezzor, une à Douma, une à Hama, une à Boukamal et quatre à Kessouah", selon l'OSDH, basé à Londres.

L'armée s'est déployée en force samedi à Deir Ezzor (est), une ville à la pointe de la mobilisation depuis le début, mi-mars, d'une révolte populaire sans précédent en Syrie, et trois civils ont été tués par des tirs après des jets de pierres par des villageois au passage d'un convoi.

Depuis le début de la contestation le 15 mars, la répression a fait 1.888 morts, donc 1.519 civils et 369 membres de l'armée et des forces de sécurité, selon un bilan de l'OSDH. En outre, plus de 12.000 personnes ont été arrêtées et des milliers d'autres ont fui, selon des ONG.

Vous êtes à nouveau en ligne