Proche Orient : deux Israéliens tués, Gaza sous les bombardements

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Malgré la possibilité évoquée d'une trêve dès ce mardi, les affrontements par tirs interposés ont continués toute la journée. Mardi soir, la bande de Gaza était intensément bombardée. Les habitants de Gaza-ville sont sommés d'évacuer les lieux. Jérusalem a été visée par une roquette palestinienne. Deux israéliens, dont un soldat ont été tués mardi dans le sud d'Israël. Il s'agit de la première perte humaine de l'armée israélienne.

La tension est constante à
Gaza. Malgré l'annonce, mardi matin, de la suspension des projets d'offensive
terrestre
d'Israël sur la bande de Gaza, l'armée israélienne maintient la
pression sur les Palestiniens. Des milliers de soldats réservistes sont
toujours à la frontière, attendant un feu vert des
autorités israéliennes pour entrer sur le territoire ou, à l'inverse, se
replier.

Mardi soir, pas question de trêve, Gaza était intensément bombardée par l'armée israélienne.

Deux israéliens tués par des tirs de roquette

Un soldat israélien a été tué mardi matin par une roquette tirée de la bande de Gaza dans la région d'Eshkol (sud d'Israël), a indiqué l'armée israélienne, qui enregistre son premier mort depuis le début de son opération militaire contre l'enclave palestinienne il y a sept jours. 

Sur son compte Twitter, l'armée israélienne a confirmé la mort du soldat.

Un civil israélien a également été tué mardi par un tir de roquette en provenance de Gaza. Le ministère israélien de la Défense n'a pas précisé où le missile était tombé, mais selon les médias israéliens, le civil a été tué dans la même région que le soldat : Eshkol, dans le sud du pays.

Des tracts exhortent les habitants de Gaza à évacuer certains quartiers

Alors que le président égyptien Mohamed Morsi a affirmé que " l'agression
israélienne va cesser aujourd'hui mardi
", des appareils de l'aviation
israélienne ont lâché des tracts sur certains quartiers de Gaza-ville, pour
sommer les habitants d'évacuer " immédiatement " ** leurs domiciles
pour des raisons de sécurité, sans plus de précisions. Cette annonce a provoqué des scènes de panique dans les rues de Gaza, les habitants se repliant vers le centre-ville.

Une roquette
palestinienne sur Jérusalem

Dans la nuit
de lundi à mardi, un bombardement israélien a frappé le siège de la banque de
la Bande de Gaza, faisant sept blessés. Six autres palestiniens ont été tués
dans d'autres raids sur la bande de Gaza mardi matin, et onze de plus dans l'après-midi. Depuis le début de l'opération "Pilier de la défense",
mercredi dernier, 127 Palestiniens ont été tués (dont 20 sur la seule journée de mardi) et près de 920 blessés, selon
les services d'urgences palestiniens.

A la mi-journée, une
roquette longue portée a été tirée mardi en direction de Jérusalem. Selon la
police, elle n'a pas atteint la ville et n'a fait aucune victime. Le Hamas a
revendiqué ce tir " sur Jérusalem occupée " . Trois israéliens avaient été tués par une
roquette palestinienne le 15 novembre, dans le sud d'Israël. Par ailleurs le
chef de la branche armée du Hamas, Mohammad Deïf, a déclaré que " l'ennemi paiera cher s'il
pense entrer à Gaza
" . Selon
des témoins, six Palestiniens gazaouites auraient été exécutés pour avoir
collaboré avec Israël.

> Lire aussi : les négociations diplomatiques pourraient déboucher sur une trêve dès mardi soir.

> Retrouvez les reportages, photos et tweets des reporters présents sur place.

Vous êtes à nouveau en ligne