"Qu’avez-vous fait jusque là?" Malala fait pression à l’ONU

Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 septembre à New York, la jeune Malala Yousafzai, 20 ans et prix Nobel de la paix, a recadré les dirigeants du monde entier.

"What have you done so far ?" demande une Malala sans langue de bois aux représentants des pays à l’ONU, tous réunis à New York pour l’Assemblée générale le 19 septembre.

Activisme percutant

Dans un réunion très médiatisée, où Donald Trump et Emmanuel Macron se sont notamment exprimés, Malala a critiqué les états du monde entier pour ne pas avoir financé suffisamment l’éducation des filles, en se basant sur des chiffres récoltés depuis 2 ans.

"Durant les deux dernières années, aucun des 9 pays les plus puissants du Sud n’a mis en place le budget recommandé pour les dépenses dans l’éducation", avance l’étudiante de 20 ans, qui évoque même des "coupes budgétaires drastiques dans l’éducation" chez les plus mauvais élèves.

Malala rappelle également que les objectifs à long terme, abordés à l’Assemblée générale comme le développement durable, ne peuvent être accomplis "sans éduquer nos filles."

Celle qui en 2015 espérait pouvoir "fixer un nouvel objectif sur 12 ans" ne peut que constater les dégâts, et mettre les dirigeants face à leurs responsabilités, chiffres à la main.

Vous êtes à nouveau en ligne