Poutine affirme qu’il n’aura pas besoin de tricher pour gagner la présidentielle russe

(Alexander Demianchuk Reuters)

A l’opposition qui réclamait l’annulation des législatives controversées du 4 décembre, Vladimir Poutine a opposé une fin de non-recevoir. Dans la foulée, l’homme fort de Moscou a affirmé qu’il n’aurait "besoin d’aucune tricherie" pour remporter la présidentielle de 2012.

"Les élections de la Douma (chambre basse du Parlement) sont
terminées
(...) il ne peut être question de discussions sur une
révision"
des résultats, a lancé Vladimir Poutine.

Le Premier ministre russe réagit ainsi à la manifestation monstre qui a
rassemblé entre 70.000 et 100.000 personnes samedi à Moscou. Les manifestants
réclamaient l’annulation des législatives du 4 décembre remportées par le parti
au pouvoir, Russie Unie. Un scrutin émaillé de fraudes, selon les opposants et
les observateurs.

Une nouvelle fois, Vladimir Poutine a
minimisé l’importance de ce mouvement de contestation, sans précédent depuis
son arrivée au pouvoir en 2000.
L’ex-agent du KGB ne manque jamais une occasion de dénigrer ses opposants, qu’il
accuse d’être à la solde des Occidentaux et qu’il compare volontiers à la tribu
de singes du Livre de la Jungle.

S’agissant de la prochaine présidentielle,
à laquelle Poutine sera de nouveau candidat, en mars prochain, le Premier
ministre affirme n’avoir "besoin d’aucune tricherie" pour l’emporter.****

Vous êtes à nouveau en ligne