Pour trouver une issue à la crise, la France évoque mercredi la possibilité d'un 2e tour de la présidentielle à trois

Un partisan de Michel Martelly marque son soutien à son candidat écarté du 2nd tour de la présidentielle d\'Haïti
Un partisan de Michel Martelly marque son soutien à son candidat écarté du 2nd tour de la présidentielle d'Haïti (AFP - HECTOR RETAMAL)

Deux candidats restent en lice: Mirlande Manigat et Jude Célestin. Ce dernier semblait pourtant loin de Manigat et Michel Martelly dans les sondages avant le premier tour.L'éviction du chanteur a donné lieu à des manifestations dans un pays déjà touché par un séisme, des inondations et une épidémie de choléra depuis janvier.

Deux candidats restent en lice: Mirlande Manigat et Jude Célestin. Ce dernier semblait pourtant loin de Manigat et Michel Martelly dans les sondages avant le premier tour.

L'éviction du chanteur a donné lieu à des manifestations dans un pays déjà touché par un séisme, des inondations et une épidémie de choléra depuis janvier.

"Il semblerait que juridiquement il serait possible d'avoir un élargissement du nombre des candidats" lors du deuxième tour le 16 janvier, a déclaré la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

Elle a revanche écarté la proposition faite mardi par le candidat Michel Martelly, arrivé troisième lors du scrutin contesté du 28 novembre, d'organiser une nouvelle élection unique en janvier avec les 18 candidats en lice lors du premier tour. "Rouvrir le deuxième tour à tous, cela paraît assez difficile à organiser (et) on risquerait de se retrouver dans la même pagaille qu'au premier tour", a estimé Michèle Alliot-Marie. "Il est essentiel que l'on arrive à tenir l'élection le 16 janvier dans des conditions incontestables".

Son porte-parole, Bernard Valero, avait déclaré plus tôt que "les priorités actuelles étaient la vérification des procès-verbaux électoraux, et, pour les candidats, l'usage de leur droit de recours auprès du bureau du contentieux du Conseil électoral provisoire, conformément à la Constitution haïtienne". Les résultats définitifs doivent être annoncés le 20 décembre.

Selon les résultats préliminaires, très contestés, et qui ont provoqué des manifestations violentes des partisans de Michel Martelly, l'ex-Première Dame, Mirlande Manigat, est arrivée première, devant le candidat du pouvoir, Jude Célestin. Des estimations avaient au préalable donné Michel Martelly deuxième, reléguant Jude Célestin au troisième rang.

Face aux multiples accusations de fraude, le Conseil électoral provisoire (CEP) a annoncé une procédure d'urgence de vérification des résultats des trois candidats arrivés en tête, procédure toutefois refusée par Michel Martelly et Mirlande Manigat.