Plus de 65 millions de déplacés dans le monde, soit un habitant sur 113

65 millions de personnes dans le monde sont des réfugiés. Ce total sans précédent, qui représente une augmentation de 50% en cinq ans et de près de six millions par rapport à 2014, signifie qu'une personne sur 113 a aujourd'hui le statut de demandeur d'asile, de déplacé ou de réfugié. Les drames en Méditerranée rappellent qu’il y a des êtres humains derrière la froideur de ces chiffres.


Les guerres et les persécutions ont généré un nombre de personnes déracinées sans précédent et jamais encore enregistré, selon un tout dernier Rapport statistique publié le 20 juin par le UNHCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.
 
Le nombre de réfugiés – personnes ayant quitté leur pays – s'est élevé à  21,3 millions, et celui des personnes déplacées – ayant quitté leur foyer sans quitter le pays – à 40,8 millions. On comptait également, en 2015, 3,2 millions de demandeurs d'asile dans les pays industrialisés.

«Les frontières sont fermées»
Chaque minute, quelque 24 personnes en moyenne ont été forcées de fuir en 2015, soit quatre fois plus que dix ans plus tôt quand six personnes fuyaient toutes les 60 secondes. «C’est la première fois depuis la création du HCR que le seuil de 60 millions est franchi. Mais les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là pour des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ayant fui pour sauver leur vie», note le rapport. Le HCR insiste sur le fait qu'il y a de plus en plus de barrières. «Davantage de personnes sont déracinées par la guerre et la persécution, c’est déjà inquiétant en soi mais, surtout, les facteurs menaçant les réfugiés se multiplient également», a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

 
«Un nombre terrifiant de réfugiés et de migrants décèdent en mer chaque année ; à terre, les personnes fuyant la guerre ne peuvent poursuivre leur voyage car les frontières sont fermées», ajoute Filippo Grandi.
 
Syrie, Afghanistan, Somalie
Le rapport révèle que trois pays génèrent la moitié des réfugiés dans le monde : la Syrie avec 4,9 millions, l’Afghanistan avec 2,7 millions et la Somalie avec 1,1 million représentaient à eux trois plus de la moitié des réfugiés relevant de la compétence du HCR à travers le monde. A cela, il faut ajouter les «déplacés internes» : la Colombie en compte 6,9 millions, la Syrie 6,6 millions et l’Irak 4,4.


51% des réfugiés sont des enfants
Les principales régions touchées par le phénomène restent le Proche-Orient avec la Syrie, mais aussi l'Afghanistan et l'Afrique avec des pays comme le Burundi, le Sud-Soudan ou le Congo.  

Dans l'avalanche de chiffres assez sombres fournis par le HCR, une donnée permet un certain optimisme: Au cours des deux dernières décennies, on estime que 17,1 millions de réfugiés sont retournés dans leur pays d'origine. Un chiffre qui est cependant en recul ces dernières années.

Le rapport du HCR recense un grand nombre de détails sur les déplacés et les réfugiés, par régions. Parmi ces chiffres, nous avons retenu celui-ci : les enfants représentent 51% des réfugiés dans le monde en 2015. Beaucoup ont été séparés de leurs parents ou voyageaient seuls.

Vous êtes à nouveau en ligne