Meurtre de Nicky Verstappen : 20 ans après, l’ADN accuse

FRANCE 3

Un rebondissement s’est produit dans la sordide affaire Nicky Verstappen. Le dénouement de l’histoire pourrait se trouver dans les Vosges.

C’est dans un chalet de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), perdu dans le massif des Vosges, que pourrait se trouver le dénouement d’une affaire néerlandaise vieille de 20 ans. Il s’agit de l’affaire Nicky Verstappen, violé et tué en 1998 aux Pays-Bas. L’enquête sur son meurtre a connu un rebondissement spectaculaire, mercredi 22 août, sous les yeux de la famille de la victime. Jan Eland, procureur en chef aux Pays-Bas s’est exprimé : "Après 20 ans de recherches, nous venons de recevoir un appel de l'institut néerlandais de médecine légale, pour nous dire qu'il avait enfin trouvé une correspondance entre des traces suspectes trouvées sur les vêtements de Nicky et l'ADN d'un homme de 55 ans."

L’homme est porté disparu

Cet ADN est celui de Jos Brech, un Néerlandais spécialiste de la survie en milieu hostile. Il pratiquait notamment ces activités, reclus dans l’épaisse forêt vosgienne. Depuis février 2018, Jos Brech n’a donné aucun signe de vie. Un appel à témoins a été lancé il y a quelques jours pour le retrouver. C’est à ce moment-là que la presse néerlandaise s’est rendue dans les Vosges pour cette affaire, équivalent néerlandais de l’affaire Grégory.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne